« Le site équestre, ce n'est pas une poubelle »

Le Bromontois François Bachand dénonce le fait qu'un... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le Bromontois François Bachand dénonce le fait qu'un tas de rebuts «défigure» le site municipal contigu au parc équestre olympique.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Un tas de débris trônant sur le terrain contigu au parc équestre olympique, appartenant à la Ville, suscite l'indignation de François Bachand. Le Bromontois dénonce haut et fort cette situation qu'il juge «inacceptable» étant donné que la «protection des espaces verts» est une des principales vocations de l'endroit.

«Le site équestre, ce n'est pas une poubelle. Il appartient aux citoyens de Bromont qui ont payé plus d'un demi-million pour que ça devienne une zone de conservation!», déplore M. Bachand.

La Voix de l'Est s'est rendu sur les lieux, hier, pour constater de visu les faits allégués par l'homme d'affaires. Il a suffi de jeter un coup d'oeil à partir de la rue de Gaspé pour repérer l'imposant amoncellement de rebuts de tous genres, constitué entre autres de palettes de bois, de boyaux d'arrosage, de débris de plastique et de poteaux de bois traité.

En fait, la Ville a déboursé un peu plus de 500 000$ le 10 janvier 2006 pour acheter le vaste terrain situé au coeur d'une nature luxuriante. «Par cette acquisition, la Ville de Bromont vise à protéger un espace vert se trouvant sur son territoire et à en permettre l'accès à ses citoyens à des fins d'activités équestres et d'accès à la ceinture de randonnée du mont Brome», mentionne la résolution entérinée la veille par le conseil municipal. Le document fait notamment référence à la «stratégie de protection des espaces verts et des milieux naturels», adoptée par Bromont en février 2005.

«Ça fait des mois que les débris défigurent le site. Qui a mis ça là? Bromont prône être une des villes les plus "vertes" au Québec. Comment les inspecteurs municipaux peuvent-ils laisser passer une aberration du genre? On ne peut pas tolérer ça!», a lancé M. Bachand.

Situation récurrente

Le directeur général du parc équestre olympique, Roger Deslauriers, a indiqué que son organisation a entassé les rebuts sur le site. «Ce sont des débris qui sont là depuis juin. Au lieu de les étendre un peu partout [sur le site], on les met dans un tas. C'est un peu plus gros que prévu, mais ce n'est pas intentionnel du tout. On attendait la fin de nos événements équestres pour tout enlever. [L'ensemble des déchets] devrait être parti avant la fin de semaine», a-t-il fait valoir, précisant avoir «l'autorisation de la Ville» pour utiliser le terrain municipal à cette fin.

Vérifications faites auprès de Bromont, il s'agit d'une «situation récurrente» et «tolérée». «[L'amoncellement] revient chaque année, a mentionné le directeur de l'urbanisme, Jean-François Vachon. Ça fait partie de l'usage récréatif du site. Ce n'est pas comme si c'était permanent. On ne veut pas que ça devienne un dépotoir.»

M. Vachon a affirmé que la Ville «n'a reçu aucune plainte de citoyens» jusqu'ici au sujet de cet état de fait. Le directeur de l'urbanisme demeure toutefois ouvert à corriger le tir. «La Ville n'a pas de problème avec cet élément, a-t-il dit. Mais on peut parler aux gens de la SACS (Société d'agriculture du comté de Shefford) pour qu'ils mettent [les déchets] ailleurs pour que ce soit le moins visible possible.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer