Période des vendanges: à vos raisins!

«Les trois ou quatre dernières semaines, on peut... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

«Les trois ou quatre dernières semaines, on peut dire que la végétation s'est emballée», remarque Michel Robert, heureux de la saison des vendanges qui se dessine au Coteau Rougemont.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Sutton) Les vendanges sont commencées ou sont sur le point de l'être un peu partout dans la région. À Sutton, le travail est bien entamé au Domaine Bresee. Déjà, deux journées ouvertes aux amis, à la famille et aux clients ont été tenues pour récolter le précieux raisin.

Durant la première journée, la semaine dernière, les participants devaient cueillir dans des sections précises puisque tous les raisins n'étaient pas prêts. Ce week-end, les plants avaient atteint plus de maturité. Dans les jours qui viennent, une petite équipe de 5 à 8 personnes profiteront des belles journées pour continuer le travail.

La journée de samedi était une véritable fête pour les 150 personnes présentes. Après un après-midi de vendanges, où tous mettaient la main à la pâte, un souper méchoui était servi et un groupe agrémentait la soirée de sa musique. Le but était de voir le coucher de soleil, mais le ciel s'est couvert en fin d'après-midi.

«Tout l'été, je voulais faire le coucher de soleil au vignoble avec un band, de la musique, un chapiteau, mais j'ai manqué de temps, a noté le propriétaire du vignoble, Richard Bresee. Pendant les vendanges, on a [décidé de tout] mettre ensemble. C'est peut-être ça qui a amené plus de gens.»

La bonne humeur était palpable au vignoble. Des enfants étaient sur les véhicules tout terrain ou dans les remorques pour aller chercher les chaudières remplies de raisins et pour les amener dans l'établissement, où ils seront pressés rapidement. Ils étaient visiblement contents d'aider lors de cet événement devenu une tradition depuis quatre ans sur le vignoble.

Début imminent

Au Coteau Rougemont, Michel Robert, copropriétaire, commencera les vendanges cette semaine. Les cépages de Saint-Pépin et de Marquette sont prêts à être récoltés sur la terre du rang de la Petite-Caroline.

Les raisins de ces cépages poussant sur les terres que possèdent le vignoble à Saint-Paul-d'Abbotsford et de l'autre côté du mont Rougemont ne sont toutefois pas arrivés tout à fait à maturation.

Tout dépend du sol, de l'orientation au soleil et des températures. Il attend donc que tous les plants des mêmes cépages soient prêts avant de récolter pour pouvoir faire une cuvée complète.

Le Domaine de Lavoie, à Rougemont, commence ses vendanges aujourd'hui. «On a un vignoble en location à St-Antoine-sur-Richelieu et c'est déjà mûr là bas, indique Francis Lavoie. Là-bas, on a cueilli. Le cépage qu'on cueille est Léona, c'est un hybride français qu'on utilise dans nos vins blancs mousseux. Ici ça va être un peu plus tard, la maturité est moins là, principalement à cause du gel qu'on a eu au mois de mai, mais on va avoir une belle récolte.»

M. Lavoie organise lui aussi une journée de vendanges pour les clients qui viennent acheter sur place. La journée commence tôt, mais les participants sont gâtés pour le travail qu'ils accomplissent, avec collations, repas, vin et musique. Il recevra ses clients le 10 octobre et sa famille élargie le 11 octobre.

Bonne saison malgré tout

La saison sera bonne, s'entendent les vignerons avec qui La Voix de l'Est s'est entretenue. «À date ça va super bien, je ne peux pas me plaindre, assure M. Bresee. Ce printemps, il y a eu un gel, mais on a sauvé tous nos bourgeons. Tous nos bourgeons ont porté fruit. Le printemps, c'était mouillé, mais on a plus exposé les raisins au soleil, ça les a aidés à mûrir. D'après moi, on ne peut pas demander pour une meilleure saison. Ça fait trois semaines qu'il fait beau.» Il croit pouvoir produire de 5000 à 6000 bouteilles pour sa cuvée 2015.

Il tentera d'ailleurs une expérience l'an prochain pour faire monter ses vignes encore plus haut. «La vigne est capable. Honnêtement je pense que je serais capable d'aller chercher de 30 à 40% de plus de production avec la même superficie. C'est intéressant.»

«Les trois ou quatre dernières semaines, on peut dire que la végétation s'est emballée, remarque Michel Robert. On pensait avoir du retard à cause du printemps qu'on a eu et de l'été un peu maussade, mais les dernières semaines ont été très belles. On rattrape un peu le temps perdu.»

«Au début, on était très inquiet, la véraison était en retard un peu, mais on est pas mal dans les dates. La particularité, cette année, c'est que les acidités sont beaucoup plus basses que les autres années alors il faut faire attention à nos taux de sucre pour avoir un bel équilibre.»

Pour sa part, Francis Lavoie s'attend à avoir 80 000 bouteilles cette année. «Le dernier mois est fantastique! On a manqué de soleil et tout d'un coup, ça arrive et il fait chaud.»

C'était la fête des vendanges samedi au Domaine Bresee, à Sutton. Environ 150 personnes ont participé à la cueillette du raisin. - Photos Catherine Trudeau

Des enfants étaient sur les véhicules tout terrain ou dans les remorques pour aller chercher les chaudières remplies de raisins et pour les amener dans l'établissement, où ils seront pressés rapidement. Ils étaient visiblement contents d'aider.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer