Vert, couleur de l'espoir

«Je n'ai pas d'argent et le parti non... (photo Alain Dion)

Agrandir

«Je n'ai pas d'argent et le parti non plus, admet Cindy Moynan. Mais beaucoup de choses doivent changer et le Parti vert est celui qui peut le faire.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) «Est-ce que je vais être élue? Bien sûr que non, mais je m'en fous. J'ai la chance de travailler avec des gens nouveaux, de mettre mon pied dans la porte et d'apprendre.»

Cindy Moynan ne se fait pas d'illusions. Sans budget, sans équipe et avec seulement trois pancartes, la femme de 58 ans de Lac-Brome sait que ses chances de remporter la circonscription de Brome-Missisquoi, sous la bannière du Parti vert du Canada, sont minces.

Le parti concentre ses énergies sur ses candidats les plus connus et la militante pour les droits des animaux et employée de l'usine IBM de Bromont n'a pas la renommée d'un Denis Paradis (Parti libéral) ou de l'ex-hockeyeur Charles Poulin (Parti conservateur). Elle ne bénéficie pas non plus de la popularité associée au Nouveau Parti démocratique.

«Je ne me sens pas moins candidate pour autant, soutient en anglais la végétalienne aux cheveux argentés et aux lunettes à monture bleue, attablée au Star Café de Lac-Brome. Je n'ai pas d'argent et le parti non plus, mais il répond à toutes mes questions. Beaucoup de choses doivent changer et le Parti vert est celui qui peut le faire.»

Elle reconnaît ne pas avoir d'expérience politique ni fait d'études supérieures, mais prend son rôle au sérieux. Née Osborne, anglaise par son père et irlandaise par sa mère, Mme Moynan souhaite «être les yeux et des oreilles des gens». «Je veux qu'ils me disent ce qu'ils veulent», dit-elle de sa voix douce.

Une rencontre avec Daniel Green, chef adjoint du Parti vert au nom prédestiné, a été déterminante. Après les formalités administratives et un porte-à-porte qu'elle avoue «difficile» pour récolter les 100 signatures requises, sa campagne prend officiellement son envol. Une campagne «tranquille» où elle entend se concentrer sur les médias sociaux et quelques événements ciblés.

Programmes

Pourquoi voter pour le Parti vert, qui peine à présenter des candidats? Ses promesses concernant l'économie, l'éducation gratuite et bien sûr l'environnement sont les plus intéressantes, dit Mme Moynan, qui a lu tous les programmes de tous les partis.

Ceux qui reprochent aux Verts de faire des promesses irréalisables ont tout faux, assure la candidate. «En fait, Elizabeth May est la seule chef à avoir expliqué comment elle y arriverait. Les autres ne répondent pas à ces questions-là. En plus, elle est intelligente et polie. Elle n'attaque pas les autres chefs. Eux, je n'aime pas leur ton.»

Mme Moynan veut aussi amener davantage d'«emplois verts» dans Brome-Missisquoi, une circonscription qui en a bien besoin. «J'ai deux filles à l'université et à leur sortie, elles auront beaucoup de dettes, dit-elle. Je ne pense pas qu'elles vont revenir ici, où il n'y a pas beaucoup d'emplois.»

La plupart des gens ont peur du changement, croit Cindy Moynan. «Mais si vous constatez que quelque chose ne va pas bien, il faut le dire. Si personne ne dit rien, rien ne va changer. On ne peut pas se plaindre si on ne fait rien. Un vote, c'est votre voix et vous devriez l'utiliser.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer