Traverser le Canada à pied, à vélo, en trottinette...

L'athlète a entamé sa traversée du Canada à... (Photo tirée de la page Facebook de la Fondation Steve O'Brien)

Agrandir

L'athlète a entamé sa traversée du Canada à pied, à la course, en vélo, en vélo adapté, en bâton sauteur (pogo), en fauteuil roulant, en trottinette, en skis, en raquettes et en patin à roulettes.

Photo tirée de la page Facebook de la Fondation Steve O'Brien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Champion de course et médaillé des Championnats canadiens, des Jeux du Commonwealth et aux Jeux olympiques des Maîtres (destinés aux athlètes de 40 ans et plus), pour ne nommer que ceux-là. Porteur de la flamme olympique à Lachute en vue des Jeux de Vancouver. On peut dire de Steve O'Brien qu'il est un athlète accompli. Les Olympiques lui ont échappé de peu, en raison d'une blessure. Malgré tout, il ne s'est jamais laissé décourager. C'est ce message de persévérance et d'espoir qu'il souhaite transmettre à la jeunesse canadienne, alors qu'il entame la seconde moitié de son pèlerinage à travers le Canada. Un périple qui l'a mené à Granby samedi.

Il y a cinq ans, le Montréalais originaire de Hawkesbury, en Ontario, a mis sur pied une fondation à son nom afin d'aider la jeunesse et d'encourager la population à bouger. À ce jour, plus de 100 000$ ont été amassés par le biais de tournois de quilles et de balle-molle, de parties de hockey, de la journée Marchons en famille et de la Journée de Course Steve O'Brien, entre autres.

Mais cela n'était pas suffisant pour l'athlète, qui voulait aussi donner l'exemple en continuant sans cesse de se dépasser. Ainsi, en 2012, M. O'Brien s'est mesuré au mont Kilimandjaro, en Afrique, avant de mener une expédition à pied vers les ruines du Machu Picchu, au Pérou. Deux missions qui lui ont permis d'amasser près de 65 000$ pour sa fondation.

Dans cette veine, il a décidé cette année de suivre, à sa façon, les traces de son idole Terry Fox. Le 12 avril, pour commémorer le tout début du Marathon de l'Espoir, l'athlète a entamé sa traversée du Canada à pied, à la course, en vélo, en vélo adapté, en bâton sauteur (pogo), en fauteuil roulant, en trottinette, en skis, en raquettes et en patin à roulettes. Le tout avec pour objectif de porter la voix des jeunes.

«Les jeunes, c'est l'avenir de demain. J'en ai rencontré plusieurs qui m'ont épaté. Il faut qu'on les écoute, qu'on les regarde dans les yeux. Il faut penser à ce qu'on va leur laisser», a confié Steve O'Brien à La Voix de l'Est.

À travers sa mission, M. O'Brien s'attaque au décrochage. «Ça arrive à certains jeunes qui n'ont plus de rêves, qui ne savent plus où ils vont manger et où ils vont dormir le soir, ça arrive à des jeunes qui ne savent plus où va leur vie», déplore le conférencier.

Ainsi, depuis le grand départ à Victoria, en Colombie-Britannique, M. O'Brien parcourt en moyenne de 50 à 60 kilomètres chaque jour, sur le parcours qui l'amènera à Saint-Jean, Terre-Neuve, en décembre. Plusieurs communautés l'accueillent à bras ouverts. Le pèlerin prend le temps de rencontrer les jeunes, mais surtout de les écouter et de leur présenter des modèles qui sauront les inspirer.

Le périple n'est pas toujours de tout repos, mais malgré quelques mésaventures, il ne perd pas son objectif de vue. «Il ne faut pas qu'on se débobine. Jamais», dit-il.

«Le début de quelque chose de plus grand»

Ce matin, M. O'Brien a repris la route vers l'Atlantique. Il a quitté la ville en direction de Magog, et arrivera à Sherbrooke demain.

Une fois le pays traversé d'un océan à l'autre, on serait tenté de croire que l'homme prendra une pause. Mais il n'en est rien. «Ce n'est que le début de quelque chose de plus grand», estime-t-il.

Dès janvier, il jettera les bases de ce qui deviendra la Journée nationale du relais jeunesse, qui devrait avoir lieu le 28 avril prochain. Toutes les écoles du pays seront invitées à se joindre au mouvement, par lequel les enfants devront parcourir un kilomètre de la manière de leur choix.

Le total de ces kilomètres sera calculé et la distance ainsi parcourue sera comparée à celle franchie par l'instigateur cette année. «Pour savoir si les jeunes du Canada ont fait mieux que moi! Et ça reviendra chaque année, et ça va continuer, toujours de mieux en mieux», promet-il.

Pour suivre l'épopée de Steve O'Brien, on visite sa page Facebook et son site www.steveobrienfondation.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer