Sécurité à l'angle de Pierre-Laporte et de Robitaille : un projet de tunnel de 1,1 M$

Pour ajouter à la sécurité de l'intersection, la... (photo Alain Dion)

Agrandir

Pour ajouter à la sécurité de l'intersection, la Ville de Granby souhaite aménager un tunnel sous le boulevard Pierre-Laporte, à l'angle de la rue Robitaille, destiné aux cyclistes et aux piétons.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Carrefour giratoire ou pas, l'aménagement d'un tunnel cyclo-pédestre sous le boulevard Pierre-Laporte, à l'intersection de la rue Robitaille, continue à s'imposer, estime la Ville de Granby. Les élus ont donné le feu vert hier soir au dépôt d'une demande de subvention qui pourrait permettre d'assumer jusqu'à 50% des coûts.

Les coûts totaux de ce projet sont estimés à 1,1 million$, selon le sommaire décisionnel transmis aux membres du conseil municipal, dont les médias ont obtenu copie.

Le document précise par ailleurs que le projet semble respecter tous les critères d'évaluation exigés par le ministère des Transports du Québec (MTQ) dans le cadre du programme d'aide financière aux infrastructures cyclables et piétonnes Veloce II; programme dont la Ville aimerait profiter.

Aucun détail n'a été donné hier sur l'échéancier projeté. À l'origine, le tunnel était inclus dans l'aménagement d'un carrefour giratoire à cette intersection achalandée. Ce projet tarde cependant à se concrétiser. Le mois dernier, à la suite d'une visite à Granby du ministre des Transports, Robert Poëti, le MTQ a néanmoins donné son aval à l'ajout d'arrêts obligatoires sur le boulevard Pierre-Laporte, en plus de ceux en place rue Robitaille, pour sécuriser rapidement le secteur qui connaît une croissance importante.

«Pour l'instant, ça semble bien se passer. Mais on va quand même devoir avoir une traverse pour les piétons et les cyclistes. C'était notre but de le faire. Ça ne change rien à cette demande-là», a commenté hier le maire, Pascal Bonin, à l'issue de la séance ordinaire du conseil.

Un besoin

L'aménagement d'un tunnel cyclo-pédestre répondrait «très clairement aux besoins des élèves et des citoyens qui ont besoin de traverser», a commenté plus tôt en entrevue à La Voix de l'Est Jean-Luc Pitre, directeur de l'école primaire Eurêka, située à un jet de pierre de l'intersection visée.

«Il y a des élèves de l'école Eurêka qui ont quitté pour fréquenter l'école secondaire Haute-Ville ou le Mont-Sacré-Coeur, de l'autre côté du boulevard Pierre-Laporte. Le soir, je croise des élèves piétons. Ils ont beau être un peu plus vieux que ceux du primaire, ce n'est pas sécuritaire de traverser à cet endroit», poursuit M. Pitre.

Celui-ci affirme toutefois que le degré de dangerosité de l'intersection a diminué avec l'implantation des arrêts obligatoires sur les deux artères et la diminution de la limite de vitesse, de 70 km/h à 50 km/h. «C'est mieux que c'était avant. Il y a quelques semaines, c'était vraiment problématique», dit-il.

suivi

Le maire Bonin affirme avoir l'intention de reparler au ministre Poëti au cours des prochaines semaines pour faire le suivi du dossier et aborder à nouveau celui du carrefour giratoire. «Je me donne peut-être encore un mois pour voir comment les choses vont se placer», laisse-t-il savoir.

L'aménagement d'un carrefour giratoire, tel que souhaité par la Ville, pourrait entraîner une facture de 6 millions$. Le partage des coûts pose cependant problème. La Ville de Granby a offert d'en payer jusqu'à 50%, mais, à ce jour, le MTQ a refusé de s'engager de la sorte, même si la route est sous sa responsabilité.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer