Sept ans d'amour avec la région

À voir la file d'attente s'étirer dans les... (photo Julie Catudal)

Agrandir

À voir la file d'attente s'étirer dans les couloirs du cégep, les téléspectateurs avaient hâte à ce rendez-vous spécial.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Pas moins de 300 Granbyens ont été traités aux petits oignons par l'équipe de Yamaska, dimanche soir. La projection du premier épisode de la septième et dernière saison de la série a eu lieu en présence de ces nombreux invités, à l'auditorium du Cégep de Granby, après la dégustation d'un vin mousseux et de quelques bouchées.

Une brochette de comédiens, les coauteurs Anne Boyer et Michel d'Astous, ainsi que les réalisateurs ont reçu tout un accueil. Appareils photo ou cellulaires à la main, de nombreux admirateurs ont immortalisé ce moment privilégié auprès de ceux qui incarnent leurs personnages préférés.

«On est très émus parce que cet après-midi, on a tourné la toute dernière scène de la série, laisse savoir le coauteur bromontois, Michel d'Astous. C'était au mont Shefford. Tous les personnages principaux étaient là. Il y avait quelque chose de magique pour nous. On fermait la boucle. On voulait un lieu champêtre. On voulait un lac. C'était une fête.»

Le lac a permis de faire un clin d'oeil à l'élément déclencheur de toutes ces saisons, toute l'histoire ayant débuté autour d'un plan d'eau.

Cette finale optimiste ne marque toutefois pas la fin du travail à accomplir. Le tournage se poursuivra jusqu'en décembre dans la région métropolitaine et en studio.

Le duo d'auteurs et de producteurs a décidé de mettre fin à la série en plein succès. «C'est notre décision, à Michel et à moi. Ça faisait sept ans qu'on était avec nos personnages. À un moment donné, il y a un certain nombre de choses qui peuvent arriver à du monde, et on avait l'impression qu'on avait fait le tour, confie Anne Boyer. Je pense que c'est le temps d'arrêter pendant que ça va bien.»

Un cadeau au public

La soirée de dimanche était leur manière bien à eux de remercier la population de son accueil. «On a loué des maisons, on a loué des commerces pour tourner, on a fait de grandes choses ici comme la marche l'an passé (NDRL: «Yamaska marche pour la vie»), ajoute la coauteure. Je pense que c'est une des rares associations aussi fructueuses entre une série télé et une ville. Je suis bien fière de ça et on voulait dire merci.»

Si au départ, on leur disait qu'il était coûteux de tourner en région, le duo a su relever le défi avec brio, préférant même aller à Granby qu'à Montréal. «On a tellement eu la collaboration de tout le monde que de venir tourner à Granby, et de le faire à Montréal, ce n'était pas du tout la même chose, note Michel d'Astous. Les corps policiers, la sécurité, tout le monde nous ont beaucoup aidés. Les gens étaient fiers. Quand on demandait des locations de restaurants, chez les marchands, des figurants, on avait toujours une très bonne réponse. C'est plus facile de travailler ici qu'à Montréal.»

Mêmes commentaires positifs de la part des comédiens rencontrés sur place. «Granby, c'est une ville que j'ai appris à connaître en sept ans. Je ne la connaissais pas du tout, et - ce n'est pas de la flagornerie, ce que je dis là - je disais à ma femme que s'il y a une petite ville où je viendrais m'établir, ce serait ici, affirme Denis Bernard, l'interprète de Philippe. L'accueil qu'on a eu des gens, de la population, ça a été formidable. Les gens ont été comme investis dans le projet.»

Réaction positive du public

À voir la file d'attente s'étirer dans les couloirs du cégep, les téléspectateurs avaient hâte à ce rendez-vous spécial. Des téléspectateurs conquis d'avance.

L'épisode diffusé dimanche soir fait évidemment suite aux intrigues de la sixième saison où, on s'en souviendra, Alicia débarquait après sa sortie de prison dans une fête à laquelle elle n'était pas conviée. Victoria avouait à Théo s'être fait avorter et Brian se faisait battre par son revendeur de drogue.

L'équipe de Yamaska a pu vivre, en direct, la réaction de son public. Rires et onomatopées de toutes sortes ont fusé à plusieurs moments durant la projection.

Le thème de la «deuxième chance» est abordé avec le retour d'Alicia à Granby. Et on le retrouvera tout au long de la saison, qui commence le 14 septembre et se termine en mars.

«Le retour d'Alicia, ça bouleverse pas mal tout le monde à Granby, souligne l'acteur Pascal Darilus. Mon personnage de Geoffroy reste l'allié quand même d'Alicia et il fait son possible pour l'aider à se réintégrer à Granby.»

Audréane Carrier, qui incarne Alicia, croyait bien quant à elle ne plus revoir l'équipe de Yamaska. Elle en avait même déjà son deuil.

Et c'est avec beaucoup de plaisir que la comédienne a reçu l'appel lui annonçant le retour de son personnage. «Ce qu'on va voir, c'est: est-ce qu'on a droit à une deuxième chance quand on a fait quelque chose comme ça? , raconte-t-elle. On voit Alicia essayer de se réintégrer à Granby, à son cégep, se trouver un travail, un appartement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer