Un bébé kangourou fait tourner les têtes au Zoo de Granby

Un bébé kangourou recueilli en juin dernier par... (photo Janick Marois)

Agrandir

Un bébé kangourou recueilli en juin dernier par l'équipe de l'hôpital vétérinaire pourrait bien devenir la nouvelle mascotte du Zoo de Granby.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le Zoo de Granby s'est-il trouvé une nouvelle mascotte? Peut-être bien. Un petit kangourou gris recueilli par l'équipe vétérinaire en juin dernier reçoit beaucoup d'attention médiatique par les temps qui courent. Un concours a d'ailleurs été lancé pour lui trouver un nom.

Il faut dire qu'il a tout pour plaire avec ses grandes oreilles, ses longues pattes prêtes à bondir et son caractère enjoué et curieux. Et après un été passé auprès du personnel de l'hôpital vétérinaire, il n'est pas le moins du monde intimidé par les humains.

«On fait attention pour ne pas trop l'imprégner. On est content de voir qu'il a des comportements de kangourou», a expliqué le chef des soins animaliers, Karl Fournier.

N'empêche, son expérience des derniers mois fera sûrement en sorte que le jeune kangourou sera plus facile à entraîner et peut-être plus enclin à se laisser observer et approcher par les visiteurs de la Traversée australienne, estime M. Fournier.

Car, si l'équipe vétérinaire l'a trouvé affaibli, déshydraté et abandonné par sa mère il y a quelques semaines, le petit marsupial a repris du poil de la bête. Il sera éventuellement réintroduit avec le groupe de kangourous et de wallabies. Pour l'heure, bien qu'il soit la plupart du temps en liberté dans l'hôpital vétérinaire, il a commencé à passer certains moments, en isolement, près de ses semblables pour s'habituer à l'environnement.

Expérience

«On attend qu'il soit plus grand et autonome pour le réintroduire avec le groupe», fait valoir Karl Fournier.

Le jeune kangourou, qui aurait environ un an, a commencé à manger seul, mais il doit encore être allaité deux fois par jour avec une préparation commerciale pour marsupiaux, souligne le chef des soins animaliers. Lorsqu'il a été recueilli, cette opération se déroulait de quatre à cinq fois par jour. L'équipe de l'hôpital vétérinaire a même confectionné une poche de tissu; poche qui rappelle celle de sa mère et dans laquelle il aime être blotti pour boire.

M. Fournier précise qu'il est plutôt rare que le personnel du Zoo ait à s'occuper de la sorte d'un de leur petit pensionnaire. «Après 32 ans (de travail), on vit encore d'autres expériences», lance Rock Boily, assistant vétérinaire.

Généralement, les kangourous boivent le lait maternel jusqu'à 18 mois, souligne Karl Fournier. Comment se passeront alors les retrouvailles avec le groupe, s'interroge l'équipe de soins animaliers. «On ne pense pas que la mère va être agressive. Mais on ne sait pas comment lui (le petit) va interagir et s'il va vouloir retourner dans la poche», relève M. Fournier.

D'ici là, les votes vont bon train sur le site Internet du Zoo pour trouver un nom au petit kangourou. Six propositions sont soumises au vote. Est-ce que ce sera Dundee, Bondi, Jack, Gourou, Spring ou Zumba?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer