Baisse de l'impôt sur le revenu et hausse de la TVQ : François Bonnardel est sceptique

François Bonnardel est sceptique quant à l'annonce du... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

François Bonnardel est sceptique quant à l'annonce du ministre des Finances, Carlos Leitao, de vouloir baisser l'impôt sur le revenu et augmenter la taxe de vente du Québec

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) La surprise a été grande, hier matin, pour François Bonnardel lorsque le ministre des Finances, Carlos Leitao, a annoncé vouloir abaisser le taux d'imposition et augmenter la TVQ dès 2016. Surpris, puisque la commission parlementaire sur le rapport Godbout commençait tout juste après l'annonce du ministre. Celui-ci s'est rétracté quelques heures plus tard, précisant qu'il s'agissait seulement d'indications.

«Je suis resté extrêmement sceptique, explique en entrevue le député de Granby, leader parlementaire de la Coalition Avenir Québec et porte-parole en matière de finances publiques. Oui c'est vrai que si on appliquait la réforme dans son ensemble, ça se ferait à coût nul, mais c'est pas ce qui va arriver. Pour ce qui est de la portion des contribuables, on ne peut pas appliquer le rapport autrement que dans son ensemble.»

Il craint ainsi que le gouvernement ne prenne que quelques mesures de la réforme fiscale que propose Luc Godbout et que le fardeau fiscal des Québécois s'en retrouve alourdi. «Il envoie des ballons en l'air en espérant que les Québécois vont faire "wow wow wow", mais t'as vu le recul qui s'est fait quelques heures plus tard, c'est de l'improvisation pure et simple dans un dossier important.»

Le député de Granby estime que le ralentissement économique diminuera les revenus du gouvernement malgré tout. «Au Québec, on nous dit qu'il y aura une croissance d'1,1 ou 1,2 % et M. Leitao continue de nous dire qu'on va être à 2 % de croissance», explique-t-il.

Pour améliorer la fiscalité du gouvernement provincial, M. Bonnardel rappelle que son parti avait proposé le non-remplacement des 20 000 retraités de l'État, l'abolition rapide de la taxe santé et l'abolition des commissions scolaires et des agences de santé. Il souligne que la pression sur les travailleurs est de plus en plus forte.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer