Quel avenir pour le château d'eau à Bedford?

«On aimerait bien la conserver, mais pas pour... (photo Janick Marois)

Agrandir

«On aimerait bien la conserver, mais pas pour ces montants-là, stipule le maire de Bedford, Yves Lévesque. C'est beaucoup d'argent. On a d'autres priorités pour nos infrastructures, pour notre aréna, nos rues.»

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Bedford) Le château d'eau de la Ville de Bedford, un des derniers dans la région, a-t-il un avenir? Le rénover pourrait coûter entre 350 000 $ et 450 000 $. Le démolir: 150 000 $. Le conseil, conscient de la valeur patrimoniale et symbolique de la structure d'acier, étudie ses options.

«On aimerait bien la conserver, mais pas pour ces montants-là», stipule d'emblée le maire Yves Lévesque. «C'est beaucoup d'argent. On a d'autres priorités pour nos infrastructures, pour notre aréna, nos rues», dit-il.

Construite dans les années 40 pour alimenter en eau brute les résidants en utilisant la gravité, le château d'eau est haut de 45,7 mètres (150 pieds), dont 18,3 mètres (60 pieds) pour la seule partie du réservoir. Inutilisée depuis les années 60, soit lorsque la Ville a modernisé son réseau d'aqueduc en installant des pompes, il nécessite des travaux de rénovation, surtout une nouvelle couche de peinture. La structure est toutefois solide, assure M. Lévesque. «Son look ne reflète pas sa solidité», illustre-t-il.

Les coûts de rénovation sont élevés parce que les travaux de décapage devront inclure la récupération de la vieille peinture au plomb, loi sur la protection de l'environnement oblige, explique M. Lévesque. «Elle se trouve en plus à côté de la rivière (aux Brochets). Ce sont des travaux un peu plus compliqués. Et les entreprises nous chargent cher pour faire le travail», signale-t-il.

Depuis deux ans, le conseil a prévu à son budget un montant de 25 000 $ pour étudier l'ensemble de la question. Doit-on le rénover, le démolir, quelle est sa valeur patrimoniale? Voilà autant de questions auxquelles une firme spécialisée devra trouver des réponses. Le contrat devrait être accordé au printemps prochain, a dit le maire.

La municipalité, qui fête cette année ses 125 ans, a formulé une demande de subvention à Patrimoine Canada dans le cadre d'un programme de sauvegarde du patrimoine. Les projets soumis doivent permettre d'utiliser les bâtiments patrimoniaux. Le projet de la Ville de Bedford suggère l'aménagement d'une passerelle tout en haut du château d'eau. «On va voir ce que ça va donner», a dit M. Lévesque.

Notre histoire

Si le montant nécessaire pour rénover la tour était de 100 000 $ ou de 125 000 $, la décision serait facile à prendre, pense M. Lévesque. La Ville l'assumerait, soutient-il. «C'est de l'histoire du Québec, notre histoire. Un symbole pour la Ville», plaide-t-il.

Sur le site internet de la Ville, une des photos du «château» défile sur la page d'accueil. «Les gens la reconnaissent; elle nous identifie», fait remarquer M. Lévesque.

Le maire Lévesque a l'intention d'aborder cette question avec les candidats aux élections fédérales. «Il ne semble pas y avoir de programme pour protéger ce genre de structures. On dirait que ça tombe entre deux chaises.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer