Des affiches de Pierre Breton vandalisées

L'équipe du candidat libéral dans Shefford, Pierre Breton,... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

L'équipe du candidat libéral dans Shefford, Pierre Breton, a dû remplacer une quarantaine d'affiches électorales dans différents secteurs de Granby.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Granby) Candidat libéral dans Shefford en vue du prochain scrutin fédéral, Pierre Breton déplore que des malfaisants se soient attaqués à ses affiches électorales. Après qu'une quarantaine de pancartes eurent été vandalisées - voire carrément dérobées -, son équipe a déposé une plainte au service de police de Granby.

«Il s'agit d'un geste qui va à l'encontre de la démocratie, c'est totalement immature, scandaleux et punissable au niveau de la loi. [...]», a réagi Pierre Breton dans un récent communiqué.

Les méfaits ont été rapportés aux représentants libéraux par des citoyens provenant de différents secteurs de Granby, notamment le sud-est et le centre-ville. Les affiches abîmées ont dû être remplacées.

Ce week-end, des membres de l'entourage de M. Breton devaient parcourir la circonscription de Shefford afin de vérifier si le phénomène s'étend au-delà du territoire granbyen.

Pour le candidat libéral, il n'y a pas de doute que ces méfaits ne sont pas le fruit du hasard: ils le visent personnellement.

«C'est clair que ma présence dérange. On (son équipe) est très actifs sur le terrain, on est présents dans une vingtaine de municipalités. On mène une campagne très proactive. Ça peut en déranger certains», a-t-il mentionné en entrevue avec La Voix de l'Est.

S'il estime certainement représenter une «menace» politique, Pierre Breton se garde toutefois d'accuser ses opposants d'être responsables de ces actes de vandalisme.

Qui plus est, M. Breton écarte tout rapprochement entre ces attaques et son rôle de conseiller municipal à la Ville de Granby. «Je n'ai jamais été victime de quoi que ce soit depuis 2005 (année de son entrée en fonction). Ni moi, ni ma famille. Je ne vois pas de lien.»

S'il ne renonce pas à ses principales fonctions de conseiller, il s'abstiendra de participer aux séances du conseil municipal jusqu'au 19 octobre prochain, date des élections.

De lourdes peines prévues

Devant cette vague de vandalisme, les libéraux dans Shefford ont porté plainte au service de police de Granby.

«Lorsqu'on se fait voler un bien, la moindre des choses c'est d'avertir les autorités. [...] C'est beaucoup d'argent ces pancartes-là, les gens ne le savent peut-être pas. Et ce n'est pas juste moi qui me sens lésé, les bénévoles aussi», soutient Pierre Breton.

Son équipe en appelle donc de la Loi électorale du Canada, dont l'article 325 stipule «qu'il est interdit, sans le consentement d'une personne habilitée à l'autoriser, de modifier une publicité électorale ou d'en empêcher la diffusion».

Les citoyens reconnus coupables de telles infractions sont «passible (s), sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, d'une amende maximale de 5000$ et d'un emprisonnement maximal de six mois, ou de l'une de ces peines», stipule l'article 500.

Chez les conservateurs, l'entourage de la candidate Sylvie Fontaine n'a pas observé de phénomène de vandalisme. Une affiche a toutefois été dérobée près de l'école des Bâtisseurs, rue Simonds Sud à Granby.«Le reste semble bien aller», indique Mme Fontaine.

Quant à eux, la néo-démocrate Claire Mailhot et le bloquiste Jocelyn Beaudoin n'ont pas encore déployé leur affichage dans la circonscription.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer