Caroline Savoie triomphe au Festival de la chanson de Granby

Caroline Savoie a remporté les grands honneurs au terme de la grande finale du... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Caroline Savoie a remporté les grands honneurs au terme de la grande finale du 47e Festival international de la chanson de Granby. La gagnante repart donc à Dieppe au Nouveau-Brunswick avec l'équivalent de 60 000$ en prix et bourses.

Choix d'un public qui l'a chaleureusement accueilli, Caroline a de nouveau séduit la foule avec sa candeur de jeune femme de 20 ans, son humour, son accent typique de l'Acadie, mais aussi ses textes habilement ficelés et matures.

Après nous avoir parlé d'Henri, elle nous a chanté l'amour et la convoitise entonnant L'hameçon, une chanson qu'elle a écrite après avoir été défiée de composer un morceau sur la chasse.

Mais comme la semaine dernière, c'est Y en aura, qui lui a valu le prix de la chanson SOCAN, qui s'est avéré la plus belle ode du Festival. Dans cette pièce, la protégée de Mika à The Voice, en France, nous parle de l'amour qui ne meurt pas, d'insécurité, et du choix qu'on fait chaque jour d'être avec l'autre. Une ballade dédiée à Martin, son amoureux, qui était là dans la salle pour la voir triompher.

«Je ne m'attendais pas à ça!» a-t-elle lancé, fort émue.

Le meilleur d'eux-mêmes

Le jury ne l'a pas eu facile lors de cette soirée de finale, animée par la pétillante Geneviève Borne et au cours de laquelle Alex Nevsky a livré deux excellentes prestations. Les quatre finalistes ont tous donné le meilleur d'eux-mêmes, surpassant leurs prestations lors des demi-finales.

L'honneur d'entamer la soirée est revenu à Vincent Roberge qui a accompli la tâche avec la même fougue qui nous avait allumés lors des demi-finales. Le Lévisien, quand il met ses lunettes fumées, s'anime et s'est mis à la guitare pour Claramity Jane, un morceau assez déjanté qui oui, étourdit.

L'original personnage s'est ensuite assis derrière le clavier, pianotant les premières notes de Les poudres à canon. Une seconde pièce un peu plus inégale, où la voix n'était pas tout à fait à point et sa nervosité palpable.

Il s'est toutefois repris tout de suite après, entamant le meilleur de ses trois morceaux, En d'dans novembre, une des plus belles compositions qu'il nous a été donné d'entendre cette année. Une pièce mélancolique et savamment travaillée. Roberge, étudiant en jazz du programme de musique du Cégep de Sainte-Foy, avait retrouvé son aisance, pour terminer en beauté cette prestation qui s'est néanmoins avérée la moins percutante des quatre finalistes.

Puissante Joanie Roussel

Première interprète à se hisser en finale depuis la fusion des différentes catégories de finalistes, en 2006, Joanie Roussel a prouvé qu'une bonne dose de talent était tout ce qu'il fallait pour faire sa place. La chanteuse originaire de Sainte-Thérèse s'est amenée au Palace avec encore plus d'aplomb et d'assurance qu'à sa demi-finale.

L'ancienne participante de La Voix a rendu hommage à une ancienne lauréate du Festival, offrant une reddition déterminée d'Au nom de toutes les frustrées, signée Lynda Lemay, suivie d'interprétations sensibles et émouvantes, tout en nuances, de Trop forte et de La Voix humaine, qui lui ont valu une ovation encore plus sentie que celle de la semaine dernière.

Joey Robin Haché fait des vagues

La compétition a pris fin avec une performance déjantée de Joey Robin Haché. L'auteur-compositeur-interprète de Moncton a tout donné sur scène avec son tube entraînant Loin des vagues.

Il a ensuite montré un côté plus sensible avec Nigadoo, une pièce personnelle à propos de son village natal, et Mieux me comprendre, qui nous parle de ses démons. Deux confidences musicales témoignant de la palette de couleurs que ce barbu sympathique peut peindre en chansons. Pas étonnant qu'il ait remporté le prix de la meilleure présence sur scène: il aurait lui aussi mérité les grands honneurs, hier soir.

Le carré d'as, qu'on reverra au Festival l'an prochain, s'est partagé pas moins de 140 000$ en prix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer