Trente succès, dix mille spectateurs

Tout au long de la soirée, des milliers... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Tout au long de la soirée, des milliers de choristes ont accompagné ces 14 talents en chantant ces pièces que tous connaissaient et ont pris plaisir à redécouvrir. Un moment de bonheur et de magie qui marque de façon grandiose le retour des spectacles du Festival de la chanson au parc Daniel-Johnson après plus de deux décennies d'absence.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Sous un ciel clément, il y avait une marée humaine devant le lac Boivin pour entendre 30 succès - 14 voix. Sans l'ombre d'un doute, le Festival de la chanson, Pierre Fortier, Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau ont définitivement offert à Granby le show de l'été.

Selon le directeur général du Festival, Pierre Fortier, pas moins de 10 000 personnes se sont déplacées pour entendre le spectacle, qui a débuté en force avec un Alex Nevsky débordant d'énergie en chantant Do wha diddy, enchaînant avec Ils s'aiment, de Daniel Lavoie.

La belle Émilie Janvier a ensuite volé la vedette avec sa guitare, entonnant Rêver Mieux, de Daniel Bélanger, et Pour un instant, d'Harmonium. «On est tous en famille à Granby», a-t-elle lancé à la foule qui l'a vue grandir. Elle n'aurait pas pu dire mieux, le spectacle n'était entamé que depuis une dizaine de minutes qu'on ne faisait plus qu'un.

Sans plus tarder, on a annoncé la chanson préférée des lecteurs de La Voix de l'Est, On va s'aimer encore, de Vincent Vallières, qu'Antoine Lachance a fait sienne. Un moment planant, prolongé d'Il était une fois des gens heureux.

La soirée a pris une tournée plus groovy avec Mistysa, qui a bouleversé la foule avec de vibrantes interprétations, de I lost my baby et Aimes-tu la vie, en hommage à Boule Noire. La voix suave, chaude et puissante de la Granbyenne d'origine chilienne nous a littéralement jetés à terre.

la tornade boisjoly

Puis, l'énergique Brigitte Boisjoly s'est amenée en tornade, sur l'air de son tube Sans regret, poursuivant avec une reddition magistrale d'Oxygène, une chanson qui lui sied excessivement bien. Si elle n'avait pas été écrite pour Diane Dufresne, la pièce aurait pu l'être pour cette ex-académicienne.

Parlant de téléréalité, Pierre-Luc Belval, qu'on a connu à La Voix, nous a chanté Embarque ma belle. Et on a complètement craqué quand on a reconnu Vivante, de France d'Amour. Un choix très audacieux qui met en valeur la voix rauque du jeune rocker.

Charles Robert n'a eu qu'à gratter les premières notes de La poupée qui fait non pour que la foule se mette à en chanter les paroles avec entrain. Un moment joyeux suivi d'un atterrissage en douceur avec Dieu existe, qu'il a terminée a capella.

Le couple Janvier-Breau a accordé une place à nos racines country en interprétant Perce les nuages, de Paul Daraîche, et Quand on est en amour de Patrick Norman. Sans oublier L'arbre est dans ses feuilles de Zachary Richard, steppettes en prime.

C'est à regret et pour respecter l'heure de tombée qu'il a fallu cesser le compte-rendu de cette soirée, mais soyez assurés que l'auteure de ces lignes est restée jusqu'à la toute fin.

Le seul bémol, s'il y en a un au moment d'écrire ces lignes, c'est qu'on aurait souhaité entendre ces 14 voix en symbiose, en plus de les écouter se succéder.

Car tout au long de la soirée, des milliers de choristes ont accompagné ces 14 talents en chantant ces pièces que tous connaissaient et ont pris plaisir à redécouvrir. Un moment de bonheur et de magie qui marque de façon grandiose le retour des spectacles du Festival de la chanson au parc Daniel-Johnson après plus de deux décennies d'absence.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer