• La Voix de l'Est > 
  • Actualités 
  • > Travaux illégaux au Centre de la nature de Farnham : le maire Hüsler reconnaît l'erreur de la Ville 

Travaux illégaux au Centre de la nature de Farnham : le maire Hüsler reconnaît l'erreur de la Ville

Stoppés le 12 août 2014 par le ministère du Développement... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Stoppés le 12 août 2014 par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, les travaux pour reconstruire une passerelle et pour améliorer les sentiers dans le Centre de la nature de Farnham n'ont toujours pas repris.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) La Ville de Farnham aurait dû demander un certificat d'autorisation au ministère de l'Environnement avant de procéder l'été dernier à des travaux d'entretien au Centre de la nature de Farnham, reconnaît le maire Josef Hüsler. Il estime cependant que les municipalités devraient profiter de plus de latitude dans de telles circonstances.

Stoppés le 12 août 2014 par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), les travaux pour reconstruire une passerelle et pour améliorer les sentiers dans le Centre de la nature de Farnham n'ont toujours pas repris. La Ville n'a soumis aucun plan des mesures correctives demandées par le MDDELCC et les deux parties ne se sont pas rencontrées pour discuter de leurs différends. Une situation qui va changer, a dit M. Hüsler. «On va aller les voir pour essayer de régler ça. On veut trouver une solution. On ne veut pas laisser le parc comme ça; il faut qu'on termine les travaux», a-t-il indiqué. Le conseil en discutera la semaine prochaine en caucus.

Lors de la visite des lieux en juillet l'année dernière, l'inspecteur du MDDELCC a identifié deux infractions en lien avec la Loi sur la qualité de l'environnement: de la machinerie lourde a circulé dans une partie de la bande riveraine de la rivière Yamaska ainsi que dans un marécage.

Pour ces infractions, la Ville s'expose à une poursuite judiciaire et à une amende de 5000$, a indiqué Renée Plamondon, directrice adjointe au Centre de contrôle environnemental du Québec du Ministère.

Le but des travaux était strictement d'entretenir les sentiers et de retaper une passerelle en bois, a insisté le maire. «On a voulu bien faire. On y est allé avec des équipements pour faire le travail, mais on nous dit qu'on n'avait pas le droit. On ne pensait pas que ça nuirait à l'environnement. C'est de l'entretien comme la municipalité en fait dans ses autres parcs. C'est peut-être un manquement de notre part», finit-il par dire.

À l'époque, la Ville avait l'intention de contester les infractions du MDDELCC. Elle avait mandaté une firme d'avocats pour explorer cette avenue. Le conseil préfère maintenant en venir à une entente, a dit M. Hüsler, pour passer à autre chose. «Aujourd'hui, on a un centre qui est négligé parce qu'on ne peut pas terminer le travail. On veut terminer ce qu'on a commencé pour la population.»

Jeter du lest

Au-delà du litige, M. Hüsler croit qu'il est impératif que le ministère jette du lest. Les municipalités sont confrontées à une lourdeur administrative quand vient le temps de réaliser des travaux dans des lieux où l'environnement est sensible. Il soutient qu'elles n'ont aucun intérêt de nuire à l'environnement. «Ce qu'on demande, c'est d'avoir plus de latitude. On n'est pas des pollueurs», assure-t-il. «On doit trouver une façon d'alléger tout ça (processus de demandes de certificats d'autorisation).»

En plus des travaux d'entretien, la construction des 11 stations d'hébertisme reste à compléter dans le parc.

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer