• La Voix de l'Est > 
  • Actualités 
  • > Vente des instruments de l'Académie de musique Massey-Vanier : le président de Val-des-Cerfs en... 

Vente des instruments de l'Académie de musique Massey-Vanier : le président de Val-des-Cerfs en colère

«Pourquoi la commission scolaire aurait à payer 50... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Pourquoi la commission scolaire aurait à payer 50 000 $ pour des instruments usagés déjà payés par la communauté?, demande le président de la commission scolaire du Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin. Ça commence à faire cher la flûte à bec.»

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Val-des-Cerfs devra payer plus cher que prévu pour des instruments ayant appartenu à la Fondation de l'Académie de musique Massey-Vanier.

À couteaux tirés avec la commission scolaire depuis un an, l'organisme a mis en vente ses quelque 115 instruments de musique par le biais d'une boutique montréalaise. Une quarantaine d'entre eux ont déjà trouvé preneurs lors d'une prévente réservée aux élèves actuels et anciens du programme de musique-études de l'école secondaire Massey-Vanier, à Cowansville.

Selon le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin, Twigg Musique a acheté le lot initial pour 16 000$. La commission scolaire s'attendait à l'acquérir pour 25 000$. Vérification faite, les 70 instruments restants lui sont offerts au coût de 50 000$.

inacceptable

M. Sarrazin ne cache pas sa colère devant cette situation qu'il juge inacceptable. «Pourquoi la commission scolaire aurait à payer 50 000$ pour des instruments usagés déjà payés par la communauté? Ça commence à faire cher la flûte à bec. Je tombe des nues», a-t-il indiqué, hier, lorsque joint par La Voix de l'Est. Les instruments avaient été achetés par la Fondation, au fil des années, grâce à des dons et à diverses collectes de fonds.

Le président n'écarte pas l'idée que la Fondation veuille se venger de la commission scolaire pour avoir mis l'Académie de musique sous tutelle, il y a un an, et avoir suspendu son responsable, Jean-François Viens, parce que les finances n'étaient pas en ordre. Un conflit auquel la Fondation n'aurait pas dû se mêler, dit-il.

«Mais j'ose croire que ce n'est pas ça. J'espère que ce n'est pas ça. La commission scolaire n'est pas riche et notre argent, c'est de l'argent public. Les instruments devront être payés deux fois, et à gros prix? Pourquoi ne pas nous les avoir vendus directement? Est-ce vraiment dans l'intérêt des jeunes?»

Frais

Via internet, des représentants de la Fondation ont exprimé leur souhait de vendre les instruments afin de payer les frais d'avocat et le coût notarial pour dissoudre l'organisme. Il n'a pas été possible, hier, de joindre le président de la Fondation, Stéphane Lussier.

La situation sera présentée aux commissaires scolaires aujourd'hui et ceux-ci devront prendre une décision rapidement, dit Paul Sarrazin. Val-des-Cerfs a réservé les instruments restants, principalement des cuivres, pour une courte durée. Au besoin, elle en louera d'autres pour la présente année scolaire.

«J'espère que les futurs administrateurs de la Fondation seront plus vigilants, dit le président de Val-des-Cerfs. Là, c'est l'ensemble de la population qui paie.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer