Fondation de l'Académie de musique Massey-Vanier : les instruments mis en vente

Les instruments, qui appartenaient à la Fondation de... (photo tirée de Facebook)

Agrandir

Les instruments, qui appartenaient à la Fondation de l'Académie de musique Massey-Vanier, ont été mis en vente privée cette semaine, à l'intention des élèves du programme musique-études et des anciens de l'Académie, au magasin Twigg.

photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les instruments de musique de la Fondation de l'Académie de musique Massey-Vanier ont officiellement été mis en vente, cette semaine, exclusivement à l'intention des élèves actuels du programme musique-études et des anciens de l'Académie. Le président, Stéphane Lussier, a lui-même annoncé la nouvelle sur le groupe Facebook de l'Académie.

Les intéressés peuvent se rendre à la boutique Les instruments de musique Twigg, à Montréal, pour s'en procurer. «La Fondation a dû procéder à la vente de ses instruments de musique et ainsi dissoudre l'Académie de musique et sa Fondation, annonce-t-il. Les instruments seront disponibles pendant une vente privée pour vous seulement, chez Twigg». Cette vente privée se termine aujourd'hui. Par la suite, elle deviendra publique.

La commission scolaire du Val-des-Cerfs a promis d'acheter la balance. «On a appelé Twigg, à Montréal, pour leur dire qu'on achetait tout, explique en entrevue Paul Sarrazin, président de la CSVC. Ça a l'air qu'il y a une entente qu'ils doivent tenir une vente (privée) jusqu'à samedi (aujourd'hui). Ce qui fait que nous, on est en attente de voir ce qui va rester après la vente et, lundi, on va reprendre contact avec le magasin Twigg pour récupérer la balance des instruments. On parle, de ce que j'ai eu comme information, de 115 instruments divers. Il y en aurait déjà une quinzaine de vendue. D'ici le week-end, on ne sait pas combien il va en avoir.»

Les instruments auraient d'abord été vendus par la Fondation à Twigg, selon ce qu'a appris M. Sarrazin. Twigg a le mandat de tenir d'abord cette vente privée, preuve d'études à l'Académie de musique à l'appui.

Un dénouement décevant

Le président de la commission scolaire se dit déçu du dénouement de cette saga. «J'ai de très bons échanges avec le président (de la Fondation), c'est pas à cet égard-là que ça ne va pas. On a même, en février ou en mars, envoyé une lettre d'intention, on a réitéré notre demande avant la fin des classes, disant qu'on était prêts à prendre l'ensemble (des instruments) immédiatement. Et là, on se retrouve à une semaine de la rentrée des classes... j'essaie juste de comprendre pourquoi avoir mis une condition que Twigg ne peut pas nous les céder.»

La commission scolaire assumera la facture et remettra les instruments à l'école secondaire Massey-Vanier pour les élèves du programme musique-études.«La communauté les a déjà payés. On les repaie une deuxième fois pour les élèves. J'essaie de comprendre ça et ce n'est pas clair.»

«Je suis désolé de ce qui se passe, déplore pour sa part Benoît Le Blanc, un ancien président de la Fondation, qui s'est impliqué aux côtés d'autres ex-présidents pour tenter de sauver les instruments. J'ai l'impression que la Fondation s'est embarquée dans une lutte qui n'était pas la sienne. Et tout le monde en paie le prix. Personne n'en ressort gagnant, à part le comptable et l'avocat qui vont fermer la Fondation et l'Académie.»

Il regrette que les parents et les conseils d'administration précédant l'actuel aient travaillé pour rien afin de financer l'achat d'instruments, en majorité des cuivres, qui doivent maintenant être rachetés. M. Le Blanc croit d'ailleurs que la Fondation aurait pu survivre à la dissolution de l'Académie, puisqu'elle existait avant même la formation de cette dernière. Et elle aurait pu aider le programme de musique.

«J'espère que la commission scolaire va racheter les instruments pour que les élèves puissent en bénéficier et que les parents vont pouvoir s'organiser parce que ça va prendre quelque chose, une fondation, pour les aider, conclut-il. Ça coûte cher, des instruments. Un parc d'instruments de musique pour une académie comme ça, c'est au-dessus de 200 000$. Quand une fondation est capable d'acheter pour 25 000$ d'instrument par année...»

Le président de la Fondation, Stéphane Lussier, n'a pas répondu à notre demande d'entrevue.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer