Granby : une résidence détruite par un incendie suspect

La résidence du chemin Bernard a été complètement... (Photo Alain Dion)

Agrandir

La résidence du chemin Bernard a été complètement détruite par un incendie d'origine suspecte, mercredi soir. Une voisine a alerté les pompiers en voyant des flammes qui sortaient à l'arrière de la maison et par la toiture.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) Le Service de police de Granby enquête sur un incendie d'origine suspecte qui a rasé une résidence inhabitée du chemin Bernard, mercredi soir. Des techniciens du service de l'identité judiciaire de la Sûreté du Québec ont fouillé les décombres pour recueillir des éléments qui permettront d'établir la cause du brasier.

Une voisine a alerté les pompiers vers 22 h 50 en voyant des flammes qui s'échappaient à l'arrière de la maison et qui sortaient par la toiture, explique Pierre Lacombe, directeur du Service des incendies de Granby. À l'arrivée des sapeurs, la résidence était complètement embrasée. «Le toit s'était déjà effondré», illustre le chef des pompiers.

Un autre voisin, Stéphane Bernard, a été réveillé par les gyrophares des camions de pompiers. C'est à ce moment qu'il a vu les flammes qui ravageaient la propriété située non loin de son commerce. Il a d'ailleurs craint que les tisons atteignent ses serres où il cultive des légumes. «On a été chanceux parce que le vent était du bon bord», dit-il.

Entre 20 et 30 pompiers de Granby et Bromont ont combattu le brasier. Ils ont dû utiliser des camions-citernes pour s'approvisionner en eau dans ce secteur où ils n'avaient pas accès à des bornes-fontaine. Le feu a complètement détruit la propriété. Les dommages sont évalués entre 250 000 $ et 300 000 $.

Trop tôt pour avancer des hypothèses

Au lendemain du brasier, seule la structure carbonisée était encore debout. La direction du service des incendies a transféré l'enquête au Service de police de Granby. Des agents ont surveillé les lieux pendant plusieurs heures dans l'attente d'obtenir les autorisations légales pour fouiller les décombres à la recherche d'éléments de preuve qui permettront d'établir la cause du brasier.

«On considère qu'il s'agit d'un incendie d'origine suspecte, mais il est trop tôt pour avancer des hypothèses, indique l'agente Caroline Garand, porte-parole du corps policier granbyen. L'expertise nous en dira davantage.»

Des techniciens du service de l'identité judiciaire de la Sûreté du Québec collaborent à l'enquête. Ils ont fouillé les décombres pendant une partie de la journée, hier.

Une adresse connue des policiers

Ce n'est pas la première fois que les policiers interviennent à cette adresse. Une opération avait été réalisée en octobre 2013 pour démanteler une serre hydroponique de cannabis qui était aménagée au sous-sol de la propriété.

Près de 200 plants de pot et de l'équipement servant à produire de la marijuana avaient alors été saisis sur place. Les policiers ont précisé hier qu'il est trop tôt pour établir si l'opération réalisée en 2013 et l'incendie pouvaient avoir un lien, a fait savoir l'agente Garand.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer