«C'est très malheureux»

Même s'il trouve malheureuse la fermeture prochaine de... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Même s'il trouve malheureuse la fermeture prochaine de PolyOne, le directeur général de Granby Industriel, Patrick St-Laurent, estime que le parc industriel de Granby se porte bien.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) La fermeture annoncée d'une des plus vieilles usines de Granby est un événement «très malheureux» aux yeux du directeur général de Granby Industriel, Patrick St-Laurent.

«Au printemps, on avait eu vent que [l'entreprise avait] quelques problèmes. Quand on avait contacté la direction, on s'était fait dire, au contraire, que l'usine n'était pas menacée et que des efforts seraient déployés pour [faire croître] la production», se souvient M. St-Laurent, à qui La Voix de l'Est a appris la fermeture prochaine de PolyOne. Vérification faite de son côté, la direction américaine lui a confirmé que la décision était «définitive et sans équivoque».

Le gestionnaire déplore l'exode des centres décisionnels vers l'étranger, où on oublie parfois la réalité locale. «Quand une entreprise de Granby est vendue à l'international, on ne sait pas ce qui peut arriver pour la suite, dit-il. On se fie à la bonne volonté des acquéreurs pour maintenir nos emplois ici.»

Un parc industrielen santé

Aux yeux du directeur général, cette fermeture et la restructuration prochaine de Groupe DATA ne sont pas un signe que le parc industriel de Granby se porte mal. «Au contraire, on est chanceux, car on a un écosystème industriel diversifié. C'est un avantage à Granby», corrige M. St-Laurent. Outre PolyOne, Granby compte actuellement 20 filiales de multinationales sur son territoire.

M. St-Laurent rappelle également que des ressources sont offertes aux travailleurs qui perdront leur emploi sous peu. Un revers peut parfois mener à une opportunité, rappelle-t-il, et plusieurs travailleurs spécialisés pourraient se trouver rapidement un emploi. «Dès qu'une entreprise met à pied plus de 25 travailleurs, elle a l'obligation de le divulguer à Emploi Québec pour qu'on leur offre un reclassement, indique-t-il. Nous travaillons en collaboration avec Emploi Québec pour combler des postes à pourvoir dans nos entreprises, via le site Granby Profitez.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer