Quand les rêves d'enfants s'envolent

Chaque point coloré descendant du ciel augmentait les... (photo Alain Dion)

Agrandir

Chaque point coloré descendant du ciel augmentait les chances de mettre des étoiles dans les yeux d'un enfant, 150 $ étant remis à la Fondation Rêves d'enfants pour chacun des sauts.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Farnham) Pendant que le jeune Nicolas surfait à Hawaï avec sa famille, un peu plus d'une trentaine de personnes se sont élancées dans le vide, samedi après-midi à l'école de parachutisme Nouvel Air de Farnham, afin de l'aider à réaliser son rêve.

La sixième édition de l'événement Un saut pour la vie au profit de la Fondation Rêves d'enfants visait à amasser des fonds pour le jeune garçon de 13 ans, atteint de fibrose kystique, qui aspirait à voguer sur les vagues de l'archipel hawaïen.

«C'est nous qui avions la tâche de parrainer son rêve. Pendant qu'il réalisait le sien entouré de ses proches, d'autres sont venus vivre le leur ici en sautant en parachute tout en aidant un enfant en même temps», a résumé la responsable de l'événement, Luce Maillet.

Cette dernière a mis en place cet événement, il y a trois ans, après avoir longtemps cherché une façon de faire du bénévolat auprès des enfants. Un saut pour la vie a déjà remis plus de 50 000$ à la Fondation Rêves d'enfants depuis sa création.

«Le coût moyen du rêve d'un enfant est de 10 000$. C'était donc l'objectif qu'on visait. Je ne suis pas certaine qu'on va l'atteindre, mais on a reçu plusieurs beaux dons. Il y a un sauteur qui a amassé 500$ à lui seul, on a amassé de l'argent à travers la journée et tous les profits de la nourriture vendue iront aussi à la Fondation», a noté Mme Maillet.

Chaque point coloré descendant du ciel augmentait les chances de mettre des étoiles dans les yeux d'un enfant, 150$ étant remis à la Fondation pour chacun des sauts. Les nuages, qui menaçaient le bon déroulement de la journée, se sont tassés juste à temps vers midi pour faire place à la lumière.

«Ça s'annonçait difficile le matin. On n'était pas sûrs de pouvoir sauter, mais tout est rentré dans l'ordre par la suite. Je suis très contente de la journée. J'étais inquiète au début, mais finalement, ça finit toujours bien», a mentionné Mme Maillet.

S'impliquer pour la cause

Michel Lemay, l'un des copropriétaires de Nouvel Air, a aussi aidé à réaliser directement le rêve d'une autre jeune fille parrainée par la Fondation samedi en lui offrant gratuitement un saut en parachute.

Celle-ci souhaitait ardemment avoir la chance de traverser les nuages en chute libre au moins une fois dans sa vie. «Habituellement, ils sont plus jeunes et rêvent plus d'aller à Disney World. Je leur avais toujours dit, s'il y a un enfant qui rêve de sauter en parachute, vous m'appelez et je m'en occupe personnellement», a indiqué M. Lemay.

Le parachutiste à la longue feuille de route s'est dit heureux de prêter ses installations à une si bonne cause.

«C'est plaisant de contribuer à un événement comme ça. Je suis père de trois enfants et ça me touche beaucoup tout ce qui concerne les enfants qui sont malades. C'est la moindre des choses de faire notre part pour aider certains d'entre eux à réaliser leur rêve.»

L'événement misait d'ailleurs sur un ambassadeur de poids en Georges Laraque. L'ancien joueur du Canadien, qui s'est découvert une passion pour le parachutisme l'an dernier, faisait partie des 31 sauteurs qui ont contribué à la réalisation du rêve du jeune Nicolas.

«Quand ils m'ont approché, j'ai dit oui tout de suite. Avec la Fondation Rêves d'enfants, le choix a été facile. Les enfants, c'est le futur, notre avenir. Supporter les fondations qui leur viennent en aide, c'est super important pour moi. Et c'est le fun de pouvoir participer à une telle activité en pratiquant quelque chose que j'adore. C'est comme du bonbon pour moi», a noté Laraque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer