Confondu avec un voleur de banque

Après avoir été interpellé dans un parc comme... (photo Alain Dion)

Agrandir

Après avoir été interpellé dans un parc comme étant le principal suspect d'un vol de banque à Granby, David Runte entend bien requérir les services d'un avocat pour faire valoir ses droits.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) David Runte ne décolère pas. Une semaine après avoir été interpellé sur la voie publique par des policiers qui l'auraient pris pour l'auteur d'un vol de banque, il attend toujours leurs excuses.

La semaine dernière, le Granbyen prenait un café et discutait avec un ami dans le parc René-Lévesque, tout près de la pharmacie Uniprix de la rue Principale, quand tout à coup, une autopatrouille se serait amenée en leur direction. «On ne savait pas trop pourquoi, mais là, un policier sort me dit: "vous êtes suspect dans un vol à main armée". Je n'en revenais pas», raconte M. Runte.

Le vol qualifié pour lequel M. Runte aurait été interpellé est survenu à la Banque Nationale de la rue Principale, vers 16 h, le 5 août. La Sûreté du Québec, qui a repris l'enquête du Service de police de Granby, recherche toujours un individu de race blanche âgé dans la cinquantaine ayant pris la fuite à pied après s'être emparé d'une somme d'argent indéterminée.

«Ils m'ont dit que j'étais habillé pareil comme le suspect, les mêmes pantalons, les mêmes souliers, les mêmes lunettes de soleil... Je n'ai pas de frère jumeau, mais j'avais mon voyage!», allègue M. Runte, qui dit avoir fourni ses cartes d'identité et ses coordonnées à la demande de l'agent de la paix.

«Je brûlais en dedans»

Malgré tout, l'intervention aurait duré pas moins de deux heures et demie, dit-il, au cours desquelles le sexagénaire aurait notamment été photographié sur place, de face et de profil. «Ils m'ont pris en photo, en public, dehors et devant tout le monde, rage le citoyen. Il y en a qui ont dû penser que c'était bien moi le voleur de banque.»

«Je brûlais en dedans, mais je suis resté poli, poursuit-il. Mon ami était prêt à témoigner pour dire qu'il était avec moi au moment du vol, mais les policiers ont refusé de l'entendre.»

M. Runte allègue que l'opération a pris fin quand il a mentionné que son frère, un agent de la Gendarmerie royale du Canada, connaissait le directeur du service de police. Ces derniers auraient prestement quitté les lieux en prenant soin de fermer leurs radios, avance-t-il. «Ils sont partis en me remerciant de ma collaboration, et je n'ai pas pu m'empêcher de leur souhaiter de retrouver le vrai coupable», lance-t-il avec sarcasme.

M. Runte entend bien requérir les services d'un avocat pour faire valoir ses droits. «Je ne laisserai pas passer ça, j'ai ma réputation à défendre», grogne-t-il.

Selon lui, bien que l'incident soit maintenant derrière lui, il en subit encore les conséquences. «Je m'en fais parler presque tous les jours depuis que c'est arrivé. Les gens me demandent ce qui s'est passé», affirme le caricaturiste retraité.

«Je veux des excuses de la Ville et je veux récupérer les photos qui ont été prises de moi. Je ne veux pas que ça se trouve dans une filière et qu'on m'associe à un voleur de banque», réclame-t-il ensuite.

Sans commentaire

Au Service de police de la Ville de Granby, on confirme qu'un individu a effectivement été détenu pour enquête après le vol. Comme cette dernière a été transférée à la Sûreté du Québec, aucun commentaire ne sera émis, a fait savoir le porte-parole Guy Rousseau.

De son côté, la Sûreté du Québec ne s'est pas faite plus bavarde. «Lorsque survient un crime, nous entamons des démarches afin de le résoudre et identifier ses auteurs, c'est le mandat de la police. Il y a des actions qui peuvent être immédiatement mises en oeuvre par les policiers. Comme l'enquête est toujours en cours, nous ne commenterons pas les démarches et les éléments de cette enquête. Par ailleurs, il existe des recours pour les citoyens qui pourraient se sentir lésés», s'est contentée de répondre la porte-parole Éloïse Cossette.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer