La Légion royale canadienne de Granby forcée de fermer ses portes

Le bâtiment de la Légion royale canadienne de... (photo Alain Dion)

Agrandir

Le bâtiment de la Légion royale canadienne de Granby situé sur la rue Court doit régler de nombreux problèmes, notamment sur le toit.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine Lacroix
La Voix de l'Est

(Granby) La Légion royale canadienne de Granby sera forcée de fermer ses portes le 1er septembre prochain. D'importants problèmes de gestion ont été constatés en mars dernier, lorsque la filiale numéro 56 a été placée sous tutelle par le district régional de la Légion.

«Le précédent administrateur nous a appelés en mars et nous a dit qu'un huissier saisirait tout. On a donc été dans l'obligation de les mettre sous tutelle depuis ce temps là», explique Sylvain Hamel, le vice-commandant dans la région et un des hommes responsables de la tutelle.

Depuis ce temps, la Légion de Granby se trouve sous respirateur artificiel. Elle est affligée de nombreuses dettes. Depuis trois ans, les taxes municipales et scolaires n'ont pas été payées, ce qui représente près de 30 000$. «On avait une entente avec la Ville de Granby pour nous aider, mais même avec ça, on n'arrivait pas à rembourser nos dettes», déplore M. Hamel. La Légion granbyenne a déjà été mise en tutelle de 2011 à 2012 pour des conflits internes. C'est lorsque la tutelle a pris fin que les taxes ont commencé à être impayées, a dit Sylvain Hamel.

De nombreux problèmes

En novembre 2014, la filiale numéro 56 a reçu de la part de la Régie du bâtiment du Québec une lettre les semonçant d'apporter d'importantes modifications dans l'immeuble de la rue Court abritant l'organisme depuis 80 ans. «Premièrement, il faut ajouter des murs coupe-feu, à cause de la fournaise. Aussi, il faut mettre à niveau le système d'incendie, ce qui implique l'achat de détecteurs de fumée, d'extincteurs, etc. Pour finir, notre hotte de cuisine n'est pas conforme, il faut en avoir une nouvelle», explique le vice-commandant.

Mais ce n'est pas tout: la bâtisse n'est plus assurable à cause de problèmes trop importants sur la toiture. «Seulement une partie du toit avait été refaite après un incendie, donc ils ont décidé qu'ils ne pouvaient plus nous assurer, c'était trop dangereux», ajoute-t-il.

De plus, la salle du sous-sol est inutilisable. Des inondations ont eu lieu en novembre et décembre 2014 et des réparations sont également à effectuer. C'est un membre, Christian Campbell, qui a effectué bénévolement la grande partie du nettoyage.

Mais pourquoi la Légion royale a-t-elle autant de difficultés financières? «On a beau faire plein d'activités, les membres n'embarquent pas! Présentement, on en a 64. L'affaire, c'est que depuis trois ans, on a perdu 156 membres. C'est énorme!», s'exclame M. Hamel.

Ce dernier attribue ces nombreux problèmes à «d'importants problèmes de gestion des anciens administrateurs». «Les membres ne savaient même pas que les taxes n'étaient pas payées, par exemple», souligne-t-il.

La Légion a tout tenté pour rectifier le tir - en vain. Selon M. Hamel, le maire de Granby Pascal Bonin ainsi que les députés provincial et fédéral François Bonnardel et Réjean Genest ont été rencontrés. «Ils nous ont indiqué qu'il n'y avait aucun programme, aucune solution, qui pouvaient nous venir en aide, malheureusement», affirme-t-il.

Autres légions dans la région

Et qu'en est-il des autres légions de la région? Elles vont très bien, croit Sylvain Hamel. Ce serait seulement à Granby qu'il y aurait de tels problèmes.

D'ici la fermeture, le 1er septembre, les membres actuels de la Légion de Granby sont invités à se joindre à une autre légion active dans la région. «Ou ils peuvent attendre qu'on ouvre une autre filiale à Granby, d'ici un an peut-être, si tout va bien? On va vendre la bâtisse de la rue Court et on pourra régler toutes nos dettes avec l'argent», soutient-il.

La valeur du bâtiment, évaluée normalement à 297 000$ selon Sylvain Hamel, est réduite à environ 150 000$, pour le moment. «Mais après que nous ayons fait les réparations nécessaires, la valeur augmentera», assure-t-il.

La Légion royale canadienne, créée en 1926, consiste à soutenir les familles et les vétérans - y compris les membres des Forces armées canadiennes et de la Gendarmerie royale du Canada - en service actif. Au Canada, l'organisme compte 300 000 membres.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer