Incendie chez Royal Pyrotechnie : l'atelier d'assemblage sera reconstruit

L'atelier d'assemblage de pièces pyrotechniques a été complètement... (photo Janick Marois)

Agrandir

L'atelier d'assemblage de pièces pyrotechniques a été complètement rasé par un incendie. Celui-ci sera rebâti ailleurs sur le site de l'entreprise qui se spécialise dans la conception et la présentation de spectacles pyrotechniques depuis plus de 50 ans.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Saint-Pie) L'atelier d'assemblage de Royal Pyrotechnie, rasé par un incendie possiblement d'origine électrique mardi soir, sera reconstruit. D'ici là, l'entreprise poursuit ses activités dans un autre bâtiment destiné à cette étape de fabrication des pièces pyrotechniques.

«C'est (un incident) malheureux, mais il n'y a heureusement pas de vie perdue. C'est ce qui est le plus important», confie Éric Fréchette, directeur des opérations à l'entreprise de Saint-Pie qui se spécialise dans la conception et la présentation de spectacles pyrotechniques depuis près de 50 ans.

Un problème électrique pourrait être à l'origine du brasier qui a complètement détruit le bâtiment d'une superficie de 900 pieds carrés. À l'arrivée des sapeurs, «c'était un embrasement généralisé. Le bâtiment était déjà une perte totale», décrit Sylvain Daigneault, directeur du Service des incendies de Saint-Pie.

Assistés par leurs collègues de Saint-Dominique et de Saint-Valérien, les pompiers de la municipalité ont concentré leur énergie à protéger les bâtiments environnants, ce qu'ils ont réussi avec succès. Seule une partie du recouvrement extérieur d'un petit entrepôt situé à proximité de celui en flammes a fondu.

Les pertes pourraient grimper à plus de 100 000 $, mais il est encore trop tôt pour évaluer les dommages, a fait savoir Royal Pyrotechnie par voie de communiqué.

Au début de l'intervention des pompiers, quelques feux d'artifice ont par ailleurs «éclaté», mais sans plus, ajoute le directeur Daigneault.

Il faut dire que les lois et les normes qui régissent l'industrie de la pyrotechnie dictent la quantité d'explosifs autorisée dans un bâtiment en fonction de sa superficie. Tout est calculé pour protéger les personnes et l'environnement en cas d'incendie, par exemple.

Le ministère des Ressources naturelles du Canada, qui encadre l'industrie, expertisera le site de l'incendie lorsque l'enquête des pompiers sera complétée. C'est pourquoi celui-ci n'était toujours pas accessible, hier.

D'ici la reconstruction de l'atelier d'assemblage de pièces pyrotechniques à un autre endroit sur la propriété, les activités de l'entreprise se poursuivent normalement. Royal Pyrotechnie, qui siège au sein de l'Association canadienne de pyrotechnie, dispose d'un deuxième site d'assemblage qui est habituellement utilisé en période de pointe.

Cet incendie n'est pas sans raviver de douloureux souvenirs pour l'entreprise. Un expert en feux d'artifice avait perdu la vie lors d'une explosion survenue dans son atelier, en février 1999. D'autres travailleurs avaient aussi été blessés.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer