Une assurance pour protéger la réputation des élus : Granby intéressée par la mesure

Le maire Pascal Bonin accueille favorablement le futur... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire Pascal Bonin accueille favorablement le futur programme d'assurance, qui financerait les coûts juridiques d'une poursuite intentée contre un citoyen par un élu ou un haut fonctionnaire victime d'une campagne de dénigrement.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Première et pour l'instant seule municipalité à avoir adapté sa réglementation pour sévir contre les auteurs de propos injurieux sur Internet, Granby pourrait bien souscrire au futur programme d'assurance pour protéger les élus et hauts fonctionnaires contre la diffamation et l'intimidation que concocte l'Union des municipalités du Québec (UMQ).

«C'est clair que le conseil va se pencher sur la possibilité [de souscrire au programme]», a fait savoir le maire de Granby, Pascal Bonin, hier.

Il faut dire que ce dernier a goûté aux mauvais côtés des réseaux sociaux plus souvent qu'à son tour.

Déjà, parce que les policiers font l'objet de lynchages fréquents sur Facebook, Granby avait fait les manchettes au moment d'intégrer les propos haineux tenus en ligne dans sa réglementation contre les injures à l'endroit des employés municipaux. Les contrevenants s'exposent désormais à des amendes pouvant aller jusqu'à 1000 $ dans le cas d'une première offense.

Le maire Bonin a également été faussement cité dans un canular paru sur le site Actualite.co, dans lequel on allègue que Granby tolère les courses de rue.

«On me fait parler, et ça me dérange. Les gens savent que je suis capable de dire ce que je pense. Si j'ai à m'exprimer, je le fais et je l'assume. Mais quand on prend ma parole et qu'on raconte des choses que des gens pourraient croire, j'ai de la misère avec ça», affirme M. Bonin, qui juge la blague de «mauvais goût».

Le maire accueille donc favorablement le futur programme d'assurance, qui financerait les coûts juridiques d'une poursuite intentée contre un citoyen par un élu ou un haut fonctionnaire victime d'une campagne de dénigrement.

«Je pense que ça montre que l'UMQ met son pied à terre contre l'intimidation, comme nous l'avons fait avec notre réglementation», dit-il, rappelant qu'il existe «plein de tribunes crédibles et légitimes pour faire valoir son point de vue» quand on n'est pas d'accord avec une décision de la Ville.

«La force de l'UMQ, c'est la mise en commun, et j'y crois beaucoup, ajoute le premier magistrat. Nous, comme 15e ville en importance au Québec, on n'a pas la même réalité que les plus petites municipalités dans les régions. Certaines n'ont pas les moyens de se défendre contre ces attaques. Entre élus, il faut être solidaire.»

«Pas un bar ouvert»

L'UMQ ne s'en cache pas: les précédents vécus à Granby, comme dans d'autres municipalités, sont l'inspiration du programme, qui marquera une première au pays.

Intimidation, menaces, diffamation et même usurpation de l'identité en ligne font partie du quotidien de certains élus et hauts fonctionnaires municipaux, qui n'ont pas toujours les moyens financiers de se défendre.

«On constate une transformation du rapport de communication entre les élus, les hauts fonctionnaires et les citoyens, explique Patrick Lemieux, porte-parole de l'UMQ. Les élus sont vulnérables parce que leurs activités publiques et privées sont sous la loupe. L'assurance leur permettrait de se protéger, de se défendre et de poursuivre sans que la facture ne soit refilée aux contribuables.»

On promet toutefois que la couverture sera balisée pour éviter que le programme n'empiète sur la liberté d'expression. «Ce ne sera pas un bar ouvert, spécifie le porte-parole. Il faut vraiment qu'il y ait dérapage, et le but est de faire en sorte que certaines personnes ne servent plus de punching bag à d'autres.»

Une centaine de villes membres de l'UMQ auraient déjà exprimé leur intérêt à souscrire au programme. «Certains ont même voté des résolutions pour faire partie du processus d'appel d'offres pour trouver le fournisseur», ajoute M. Lemieux.

D'ici là, l'UMQ poursuit ses consultations pour baliser le projet, qui devrait voir le jour en 2016.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer