Drame à Rougemont: la fillette succombe à ses blessures

La fillette de deux ans se serait retrouvé... (photo La Voix de l'Est)

Agrandir

La fillette de deux ans se serait retrouvé sous le tracteur à gazon en marche.

photo La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine Lacroix
La Voix de l'Est

(Rougemont) « Notre petit ange est partie au ciel!! Nous t'aimons beaucoup tu resteras dans nos coeurs pour l'éternité! », a écrit sur son compte Facebook la mère de la fillette de deux ans victime du triste accident avec un tracteur à gazon à Rougemont.

La fillette serait morte à l'Hôpital pour enfants de Montréal au cours de la nuit, vers 1h45, dû à la gravité de ses blessures.

La Sûreté du Québec a confirmé le décès. « Elle est malheureusement décédée au courant de la nuit », laisse tomber ce matin la porte-parole de la SQ Mélanie Dumaresq. 

L'évènement s'est déroulé vers 19 h, hier, à Rougemont. Elle se serait fait sectionner le bras par une tondeuse à gazon. Elle reposait dans un état très critique au moment de quitter en ambulance.

Les circonstances de l'incident étaient encore floues. Selon des commentaires recueillis sur les lieux, tout indique que la fillette se serait retrouvée sous le tracteur à gazon en marche, alors qu'elle se trouvait sur le terrain.

Rapidement, l'engin aurait été arrêté et les secours ont été appelés. Ils se sont rendus dans la rue Carole de Rougemont, où le drame a eu lieu. 

La voisine d'en face, France Dupont, et sa belle-soeur, Sylvie Talbot, ont été les premières à se rendre sur les lieux. Les femmes ont prodigué les premiers soins à la fillette, devant la réanimer à trois reprises. La première est infirmière, et toutes deux ont des formations en premiers soins. « Notre premier réflexe a été de tout faire pour la sauver, on a fait tout notre possible pour elle jusqu'au moment où les premiers secours sont arrivés sur place », expliquent les deux femmes.

« Un enquêteur est sur place pour éclaircir les circonstances du drame, mais ce n'est pas criminel, ce serait vraisemblablement un accident », indique la porte-parole Christine Coulombe de la Sûreté du Québec.

Un homme, fort vraisemblablement le père, se trouvait en état de choc devant la scène où le tracteur gisait encore, criant sa peine vers le ciel. « Je veux aller à Montréal », a-t-il hurlé. Des personnes près de celui-ci lui ont rétorqué qu'il n'était pas en état de conduire, alors que les policiers tentaient de leur mieux de le calmer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer