• La Voix de l'Est > 
  • Actualités 
  • > Emmanuelle Richard se remet péniblement du terrible délit de fuite dont elle et ses enfants ont été... 

Emmanuelle Richard se remet péniblement du terrible délit de fuite dont elle et ses enfants ont été victimes

Emmanuelle Richard et ses enfants étaient sur le... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Emmanuelle Richard et ses enfants étaient sur le chemin du retour lorsqu'une voiture a foncé sur eux, blessant la petite Clara, âgée d'un an, et sa maman. Le chauffard s'est livré aux policiers 30 minutes plus tard et fait maintenant face à la justice.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Saint-Césaire) «Je pensais m'être sacrifiée pour que mes enfants soient bien, mais j'ai le coeur brisé de savoir que mon bébé a le fémur fracturé», laisse tomber Emmanuelle Richard, la mère de famille renversée avec sa petite fille devant ses deux autres enfants mercredi à Saint-Césaire.

«Je suis pas mal amochée», confie la femme de 27 ans, le visage tuméfié. De retour chez elle depuis jeudi soir, elle se remet peu à peu de ce terrible délit de fuite dont ses enfants et elle ont été victimes à moins de 500 mètres de leur logement de la rue Notre-Dame.

Emmanuelle Richard rentrait à pied après avoir visité une amie cet après-midi-là. Sa petite fille Clara, âgée d'un an, était assise dans la poussette tandis que sa fille Alyssia, quatre ans et son fiston Nathan, sept ans, marchaient à ses côtés.

À l'intersection de l'avenue Union et de la rue Notre-Dame, à la hauteur du stationnement des Chevaliers de Colombs, tout a basculé. Elle a aperçu une voiture qui fonçait tout droit vers ses enfants et elle. La petite famille s'est tassée, mais la voiture se serait à nouveau dirigée vers elle, raconte la femme. «J'ai dit à mes deux plus grands "courez les enfants" et j'ai poussé la poussette», se rappelle-t-elle.

Emmanuelle Richard a été violemment heurtée par la voiture et projetée à 15 ou 20 pieds plus loin, décrit son mari et père de Clara, Michel Tétreault. La poussette aurait tournoyé dans les airs avant de retomber à l'envers sur la chaussée.

Les deux plus vieux, qui s'étaient protégés derrière des poubelles, s'en sont tirés indemnes. «Mon fils m'a dit qu'il était allé chercher sa petite soeur dans la poussette et qu'il en avait pris soin», rapporte la mère de famille qui a perdu connaissance à la suite de la collision.

La petite Clara a été hospitalisée et l'était toujours, hier, pour soigner une fracture au fémur. «Le fait que mon bébé ait le fémur cassé, ça me tue», répète la maman.

Cette dernière n'a pas été épargnée lors de l'impact. Les médecins ont craint qu'elle ait subi une fracture au visage - ce qui n'est pas le cas finalement -, mais de nombreuses ecchymoses le recouvrent. Elle souffre également de douleurs et se déplace avec difficulté. «J'ai mal partout, dit-elle. J'ai le moral pas mal à terre...»

La mère de famille a tout essayé pour protéger ses enfants. Elle espère qu'ils ne conserveront pas de séquelles de ce malheureux événement. «Je me sens mal pour mes enfants. Je me dis qu'ils vont être traumatisés et qu'ils ne voudront plus marcher», dit la mère de famille.

«Impardonnable»

Au moins un témoin aurait même affirmé que le conducteur, qui a fui les lieux de la collision sans porter secours à la famille, aurait accéléré à la vue de la petite famille, ce que la mère a corroboré. «Quand il s'est mis à accélérer, il s'en venait vers nous», dit-elle.

«Ça ne se fait pas. Il a bien vu qu'on se tassait! En plus, il s'est sauvé», dénonce-t-elle du même souffle. Elle qualifie ce geste «d'impardonnable». Elle espère que justice sera rendue. «C'est une tentative de meurtre qu'il a faite», affirme la femme qui s'est mariée il y a deux semaines.

Le conducteur soupçonné d'être l'auteur du délit de fuite, Benoit Trottier, 47 ans, de Granby, s'est livré aux policiers 30 minutes après les événements. Il a été hospitalisé de longues heures en raison de son état psychologique, selon ce que La Voix de l'Est a appris. Il a finalement été accusé d'agression armée, de conduite dangereuse causant des lésions et de délit de fuite, jeudi après-midi. Il demeure incarcéré jusqu'au 8 septembre. Au cours des prochaines semaines, il sera soumis à une évaluation psychiatrique qui permettra d'établir son aptitude et sa responsabilité criminelle dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer