Centre de la nature de Farnham: air frais, détente et amusement au menu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Les centres-villes cachent parfois des trésors inattendus. Rares sont ceux, toutefois, qui offrent de belles bouffées d'air frais et une variété de possibilités de détente ou d'amusement en pleine nature. C'est pourtant le menu offert au Centre de la nature de Farnham, à une petite dizaine de minutes à pied de la rue Principale.

Les parcs et espaces verts ne manquent pas à Farnham. La Ville en a aménagé plusieurs ces dernières années. On en compte en tout 24 éparpillés dans tous les coins de la municipalité, signale Roxanne Roy-Landry, directrice du service des loisirs, de la culture et du tourisme de la Ville de Farnham. De tous ces lieux de verdure, le Centre de la nature se démarque autant par ses 19 hectares de forêt de feuillus et de conifères, ce qui en fait le plus grand parc de la municipalité, que par la gamme d'activités offerte. «C'est un petit havre de paix, en pleine ville, où les gens peuvent venir marcher, se reposer, s'oxygéner.»

La liste d'activités impressionne: quatre sentiers attendent autant les marcheurs que les coureurs et les cyclistes; un étonnant parcours d'hébertisme de neuf stations met au défi les aventuriers; une piste de BMX permet aux jeunes d'activer leur adrénaline au volant de leur vélo, coursant d'une butte à une autre. Tout ça est accessible gratuitement!

Le Centre de la nature - qui se trouve être une presqu'île de la rivière Yamaska qui l'entoure à l'est, au sud et à l'ouest - dessert aussi les amateurs de canot et de kayak. Une descente rudimentaire pour des embarcations se trouve en effet près de l'entrée du parc sur la rue Yamaska Est. Un excellent point de départ pour se lancer à la découverte de la rivière, souligne Mme Roy-Landry.

Du travail reste à faire pour compléter le parcours d'hébertisme - une vingtaine de stations sont prévues. La construction des 11 stations manquantes reprendra lorsque le Ville et le ministère de l'Environnement régleront leur différend sur des travaux non autorisés effectués l'année dernière.

Des panneaux d'interprétation de la flore et de la faune devraient aussi être installés en 2016, a dit Mme Roy-Landry.

La jeune professionnelle entend aussi discuter avec le conseil de la possibilité de permettre la pratique du ski de fond. Des usagers du parc ont formulé des demandes en ce sens, a-t-elle indiqué. «On étudie ça. Ça pourrait être une activité intéressante à ajouter», a-t-elle dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer