28e Défi-vision : et le gagnant est... MIRA!

Les organisateurs du 28e Défi-Vision espèrent amasser pas moins... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Les organisateurs du 28e Défi-Vision espèrent amasser pas moins de 50 000 $ pour MIRA grâce à la course la plus folle au monde qui aura lieu le vendredi 14 août à l'Autodrome Granby.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Les deux mains sur le volant, les yeux sur la route. Les 40 pilotes non-voyants et leurs copilotes se partageront ces deux règles élémentaires de conduite lors du 28e Défi-Vision qui aura lieu le vendredi 14 août à l'Autodrome Granby.

Travaillant ensemble, ils tenteront tant bien que mal de diriger leur bolide jusqu'à la ligne d'arrivée de cette course de 10 tours où les accrochages sont aussi nombreux que les dépassements.

Plusieurs personnalités du monde artistique, des médias et du sport ont encore une fois accepté de relever le défi cette année. Jean Airoldi, Gildor Roy, Claudine Mercier, Nadja, Brigitte Boisjoli et Pascale Montpetit seront notamment de la partie.

Le député de Granby, François Bonnardel, le chroniqueur sportif chez V télé, Andy Mailly-Pressoir et le joueur des Alouettes, Luc Brodeur-Jourdain, dont le fils autiste possède un chien MIRA, ont également confirmé leur participation. Le maire de Granby, Pascal Bonin, donnera le départ de l'épreuve surnommée la course la plus folle au monde.

Mario Jean de nouveau porte-parole

Comme chaque année, les profits seront remis à la fondation MIRA, qui se servira de la somme récoltée pour former des chiens-guides. Les organisateurs espèrent amasser pas moins de 50 000 $.

Le comédien Mario Jean agit comme porte-parole de l'événement pour une deuxième année consécutive.

«J'ai adoré ma première expérience. C'est quelque chose d'unique à vivre. J'espère juste avoir un pilote capable de reconnaître sa gauche de sa droite», a blagué l'humoriste par le biais d'une vidéo, puisqu'il n'a pu assister à la conférence de presse d'hier.

Sur une note plus sérieuse, il a rappelé les bienfaits de donner à MIRA, soulignant que leurs chiens venaient en aide aux handicapés visuels, mais aussi aux personnes à mobilité réduite et aux enfants autistes.

Son pilote, Pierre Champagne, est justement un de ceux qui bénéficient des services de la Fondation. Deux jours après la course, il ira lui-même chercher un nouveau chien-guide. L'heure de la retraite a sonné pour Java, son actuel accompagnateur à quatre pattes, qui restera néanmoins dans la famille, assure-t-il.

M. Champagne a reçu à l'âge de 18 ans un diagnostic de rétinite pigmentaire, une maladie causant une baisse de vision et menant à la cécité complète. Il a alors dû faire une croix sur son permis de conduire.

La dernière fois où il a conduit sur la route remonte à 1979; c'était aux commandes de la voiture de son père. Le Granbyen a eu la chance de se retrouver à nouveau derrière un volant grâce au Défi-Vision; il en sera à sa 8e participation.

«On va essayer de gagner cette course-là, mais peu importe ce qui arrive, c'est MIRA qui va être le vrai gagnant», a résumé M. Champagne.

En 2012, il occupait la position de tête à 100 pieds de la ligne d'arrivée. Il avait toutefois lâché le gaz lorsqu'il a entendu le commentateur annoncer sa victoire dans les haut-parleurs. Il avait alors été dépassé au tout dernier instant pour finalement finir au deuxième rang.

Un scénario qu'il ne compte pas revivre aux côtés de Mario Jean. «Je vais arrêter de peser sur la pédale seulement après avoir traversé la ligne d'arrivée», a-t-il assuré en riant.

«Le plus gros événement de l'année à l'Autodrome»

L'homme d'affaires, Bernard Paradis, fera quant à lui équipe avec André Sylvestre pour la quatrième fois. «La clé, c'est la communication. Ça fait drôle à dire, mais il faut parler de façon à ce que le pilote nous comprenne, réussir à le situer calmement», dit-il.

M. Sylvestre, qui a conduit pendant 30 ans avant de perdre la vue en raison de son diabète, ne cache pas qu'il aimerait bien remporter les grands honneurs. Mais son principal objectif, c'est d'abord de passer une belle soirée.

«Tous les deux, on forme un duo formidable. On a toujours beaucoup de plaisir à faire le Défi-Vision. Après tout, c'est la seule journée de l'année où je peux conduire un véhicule», a noté M. Sylvestre qui est âgé de 68 ans.

L'année passée, près de 6000 personnes s'étaient déplacées pour assister au spectacle. Les organisateurs espèrent bien que les estrades seront de nouveau remplies pour cette 28e édition.

«C'est de loin le plus gros événement de l'année à l'Autodrome. Ça attire toujours beaucoup de gens, mais le premier but de tout ça est de redonner le plus possible à la Fondation. C'est une cause qui nous tient très à coeur», a indiqué le promoteur de l'Autodrome, Dominic Lussier. L'Autodrome remet d'ailleurs chaque année 25 000 $ au Défi-Vision.

En cas de pluie, la course sera reportée au vendredi 21 août. Pour plus de détails, il suffit de visiter la page Facebook de la fondation MIRA.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer