Le conseiller bromontois Louis Villeneuve porte plainte pour intimidation

Samedi, des oeufs ont été lancés dans les... (photo fournie par Louis Villeneuve)

Agrandir

Samedi, des oeufs ont été lancés dans les fenêtres de la copropriété de Louis Villeneuve.

photo fournie par Louis Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Bromont) Cherche-t-on à intimider Louis Villeneuve? Le conseiller municipal de Bromont le pense après avoir été victime, samedi, d'un troisième acte de vandalisme en quelques semaines.

Un ou des vandales ont lancé une douzaine d'oeufs dans les fenêtres de sa copropriété aux petites heures de la nuit de dimanche. Quelques jours plus tôt, des excréments de chien ont été laissés sur sa terrasse. Et sa motocyclette a été vandalisée au cours de la semaine précédente.

«Je n'ai rien fait les deux premières fois. Je me demandais si ce n'était pas le hasard. Mais là les oeufs! Je ne pense pas que ça soit des coïncidences», explique M. Villeneuve. Il a porté plainte à la police hier pour intimidation.

«Nous enquêtons pour savoir qui aurait pu commettre ces méfaits», confirme Marc Tremblay, inspecteur de la surveillance du territoire au service de police de Bromont.

Ce n'est pas la première fois que M. Villeneuve se retrouve dans une telle situation. Son automobile a été égratignée en février au terme d'une assemblée municipale houleuse, se rappelle-t-il.

Pour lui, il ne fait aucun doute qu'il existe un lien entre ces actes de vandalisme et ses prises de position politiques. «Je pense qu'il y a des gens qui essaient de m'envoyer des messages.»

M. Villeneuve souligne que deux projets controversés occupent le conseil municipal depuis quelques mois: le projet résidentiel du Val 8 ainsi que la construction d'un manège équestre au Parc équestre olympique. Deux projets contre lesquels il a mené des luttes acharnées.

Un sympathisant d'un de ces projets pourrait être l'auteur des actes de vandalisme le visant, pense le conseiller. «C'est clair qu'on frappe à ma porte», illustre-t-il. «Ça ne fonctionnera pas. Ça fait juste mettre du gaz dans ma fusée. Je vais continuer de défendre ce en quoi je crois et ce pour quoi j'ai été élu.»

M. Villeneuve se dit quand même estomaqué que des individus recourent encore, en 2015, à de l'intimidation pour se faire entendre. «Je cherche à comprendre pourquoi quelqu'un ferait ça. En sommes-nous rendus là, à Bromont, de tenter d'intimider des élus parce qu'on n'est pas d'accord avec eux? Il y a des façons démocratiques de s'exprimer, pour faire valoir ses idées.»

Style combatif

Son style combatif peut déplaire, conçoit M. Villeneuve. Ça ne donne pas carte blanche pour perpétrer des actes de vandalisme, dit-il. «Je sais que des gens peuvent ne pas m'aimer, ne pas être d'accord avec mes prises de position. Mais ils peuvent confronter mes idées en assemblée. On est dans une démocratie; je vais répondre à leurs questions et défendre mes idées», assure-t-il. «Les actes de vandalisme, ce sont des cheap shots.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer