«Une période cruciale» : la Fondation Roger-Talbot fait faceà des problèmes financiers

Le fondateur de la Fondation Roger-Talbot, Mario Talbot,... (photo Alain Dion)

Agrandir

Le fondateur de la Fondation Roger-Talbot, Mario Talbot, lance un appel à la générosité du public pour aider l'organisme à redresser ses finances

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) La Fondation Roger-Talbot connaît des difficultés financières qui pourraient bien menacer sa survie, si les choses ne s'améliorent pas dans les années à venir.

L'organisme sans but lucratif qui vient en aide aux démunis et aux personnes vivant avec un handicap intellectuel peine à joindre les deux bouts. Ses dépenses dépassent en effet largement ses revenus.

La Fondation a affiché des pertes de 163 000 $ en 2013 et de 94 000 $ en 2014. «Et ça risque d'être pas mal dans la même veine pour l'année en cours. On gagne du terrain, mais pas assez pour se financer», affirme son fondateur, Mario Talbot.

Ce dernier lance un appel à l'aide pour tenter de redresser la barre de l'organisme qu'il gère depuis 1983. «En 32 ans, on en a traversé des moments difficiles, mais au niveau du financement, c'est une période cruciale. On ne veut pas être à bout de souffle à tous les ans», laisse-t-il tomber.

M. Talbot l'admet sans ambages, le manque d'argent se fait cruellement sentir. «Les gens sont généreux pour le linge. Ils donnent beaucoup de vêtements au vestiaire (la friperie de la Fondation), mais c'est des donateurs dont on a surtout besoin.»

L'organisme, qui ne reçoit aucune subvention, dépend des dons et de ses activités pour se maintenir à flot, rappelle-t-il.

Mais les sources de financement de la Fondation qui incluent une tombola annuelle, la friperie, la campagne des lutins et le camping familial situé à Roxton Pond ne rapportent pas assez en ce moment pour sortir du rouge, dit-il.

«Au vestiaire, on donne autant de vêtements qu'on en vend et la tombola nous rapporte à peu près le même montant qu'il y a 30 ans. On aimerait bien avoir un coussin et s'en servir pour dégager des intérêts, mais ce n'est pas le cas.»

Plusieurs embûches

La Fondation a aussi connu sa part de problèmes au cours des dernières années. Il y a d'abord eu la saga de la piscine de sa base de plein air, qui se trouve en face du camping appartenant à l'organisme.

Destinée aux personnes handicapées intellectuelles fréquentant son camp d'été et aux vacanciers du camping, celle-ci a été construite pour répondre à la prolifération des algues bleues qui empêchaient la baignade dans le lac Roxton.

Le projet amorcé en 2011 a toutefois fait face à une pluie d'embûches. Un incendie criminel a ravagé les installations sanitaires, des tuyaux mal raccordés ont nécessité la reconstruction de la plomberie et la remise de la salle mécanique a dû être agrandie. Tous ces pépins ont bien entendu fait gonfler la facture finale qui s'est élevée à pas moins de 300 000 $.

L'entreprise avec laquelle faisait affaire la Fondation pour aménager une clôture autour de sa base de plein air a ensuite fait faillite alors qu'elle avait déjà effectué un paiement de plusieurs milliers de dollars, raconte M. Talbot. Celle-ci n'est toujours pas complétée, faute de moyens pour faire finir le travail.

Enfin, la prolifération de conteneurs de vêtements usagés d'Entraide diabète du Québec a également privé la friperie de la Fondation et d'autres organismes locaux de précieux revenus avant que la Ville de Granby n'intervienne avec une nouvelle réglementation.

Et comme si ce n'était pas assez, M. Talbot, qui a subi un infarctus en juin, devra subir une chirurgie dans les semaines à venir. Sa santé chancelante l'a incité à déléguer certaines de ses fonctions et à penser de plus en plus à la relève.

«On se penche là-dessus actuellement», a-t-il avoué, invitant tous les gens intéressés à assurer la pérennité de la Fondation à se manifester.

Rappelons qu'en plus d'aider les gens dans le besoin, la Fondation favorise l'intégration sociale des personnes handicapées intellectuellement en leur offrant de nombreuses activités, dont des cours d'apprentissage à l'autonomie. Son camp d'été spécialisé vise quant à lui à offrir un peu de répit à leur famille.

Qu'il s'agisse de dons personnels et corporatifs ou de bénévolat, toute forme d'aide est la bienvenue pour aider la Fondation Roger-Talbot, affirme son fondateur. Pour plus de détails, il suffit d'appeler au 450-378-2243 ou visiter le www.fondationrogertalbot.org

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer