Arrêté pour s'être exhibé devant des enfants dans un parc

David Gingras a dit s'être «fait prendre dans... (photo La Voix de l'Est)

Agrandir

David Gingras a dit s'être «fait prendre dans des petits jeux pour enfants à cause de ma consommation».

photo La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Cowansville) Arrêté pour avoir exhibé ses organes génitaux à des enfants dans un parc, un homme de 33 ans de Cowansville blâme sa consommation de stupéfiants.

«Je me suis fait prendre dans des petits jeux pour enfants à cause de ma consommation», a indiqué David Gingras à sa sortie du palais de justice, hier.

Questionné à savoir ce qu'il avait ingéré, l'accusé a répondu «le fléau des années 1990 et 2000». «T'as jamais pris de speed, toi?» Il a refusé d'élaborer davantage, indiquant qu'il «a déjà à vivre avec ce qui me pend au bout du nez».

Sa cause concerne toutefois une autre région de son anatomie. L'homme, qui possède déjà un casier judiciaire, a été arrêté après une enquête de la SQ concernant deux infractions commises le 16 juillet à Cowansville.

M. Gingras a été amené devant le juge François Marchand, hier, pour y être officiellement accusé d'action indécente dans un endroit public en présence de mineurs et d'avoir exhibé ses organes génitaux à des mineurs, contrevenant ainsi aux articles 173.1.b et 173.2.b du Code criminel.

À la défense, Me Serge Michon a enregistré un plaidoyer de non-culpabilité pour son client, une procédure normale à cette étape. Pour la Couronne, Me David Saint-Georges a accepté que l'accusé retrouve sa liberté contre la promesse de garder la paix, d'habiter à Sainte-Brigide-d'Iberville et de ne pas déménager sans en aviser le tribunal.

Requête particulière

Il est aussi interdit à l'accusé d'être en présence d'enfants sans être accompagné et de se trouver dans un rayon de 50 m d'une école ou d'un parc. Par la voix de son avocat, M. Gingras a aussi fait cette requête particulière: il a demandé que la cour lui ordonne de ne pas consommer de drogue.

«Il pense que ça va l'aider», a dit Me Michon.

De concert avec le juge, les parties ont convenu de reporter le dossier au 28 septembre. Me Karyne Goulet, du ministère public, prendra la relève à cette date.

Dans le passé, David Gingras a été accusé deux fois de vol, une fois de méfaits et une autre de menaces, sur le territoire de Brome-Missisquoi.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer