Chambre de commerce haute-Yamaska et région : l'organisme est en changement

La Chambre de commerce Haute-Yamaska et région a... (Photo Janick Marois)

Agrandir

La Chambre de commerce Haute-Yamaska et région a déjà été en meilleure position, dit Sylvain Perron, qui a délaissé la direction générale de l'organisme pour assumer la présidence du c.a. Mais un exercice de planification stratégique sera lancé à la fin de l'été, souligne-t-il.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les 115 années d'existence de la Chambre de commerce Haute-Yamaska et région ont été ponctuées de hauts et de bas. Mais avec un membership en baisse et des finances serrées, l'organisme doit à nouveau se renouveler, a reconnu hier le nouveau président de la Chambre, Sylvain Perron.

«La situation n'est pas à son meilleur, a convenu M. Perron en entrevue à La Voix de l'Est. On a déjà été en meilleure position. Là, on l'est moins. (...) Mais la Chambre est en changement.»

Récemment, le conseil d'administration a dû se résoudre à abolir le poste, occupé par Mylène Gagnon, de coordonnatrice au mentorat et au développement des affaires. «On a pris la décision de faire certaines coupures pour nous aider à passer la période plus tranquille de l'été», justifie M. Perron, qui a assumé la direction générale de l'organisme au cours des derniers mois.

«Pour l'instant, le mentorat va très bien. Ça ne demande pas beaucoup de gestion. Et il reste une personne en place pour assurer le support. On va reprendre le développement des affaires en temps et lieu», dit Sylvain Perron.

Au sujet des finances, le président se fait plutôt discret, mais il affirme que le regroupement de gens d'affaires n'est pas «dans le rouge». Il importe néanmoins, selon lui, de «modifier les façons de faire pour assurer la pérennité».

Le défi n'est pas nouveau. Il y a 10 ans, voyant ses surplus fondre d'année en année, la Chambre de commerce avait aussi dû donner un coup de barre pour renouer avec la croissance.

Planification stratégique

À l'heure actuelle, la chambre de commerce locale compte 550 membres, selon M. Perron. Ce qui est loin des 1400 membres que l'organisme a déjà regroupés il y a quelques décennies, ajoute-t-il.

Le 115e anniversaire de la Chambre sera ainsi marqué par un exercice de planification stratégique, lancé à la fin août «avec un partenaire important», dont l'identité n'est pas dévoilée pour l'instant. Sylvain Perron souligne que les membres seront également sondés pour évaluer leurs besoins actuels. «À partir de tout ça, on va redresser le tir et s'ajuster», dit-il.

Le président croit que, malgré tout, le «momentum» est bon. Le conseil d'administration de 14 membres compte 10 nouveaux administrateurs.

La crise du mentorat d'il y a environ un an qui a mené à un schisme des mentors tendrait par ailleurs à se résorber. «Les deux cellules sont ouvertes à reprendre le dialogue. Ce qui est une très bonne nouvelle», commente Sylvain Perron.

Nouveau DG

Au cours des derniers mois, M. Perron a occupé le poste de directeur général par intérim de la Chambre. Mais il affirme que la description de tâches ne correspondait pas à ce qu'il croyait. Comme il souhaitait continuer à jouer un rôle actif au sein de l'organisme, il a accepté la présidence du conseil d'administration.

Il succède à Roxanne Tétreault, qui a décidé de ne pas solliciter un nouveau mandat. «Je n'étais peut-être pas la bonne personne pour conduire le reste. J'ai aussi une entreprise et je reviens d'un congé de maternité. Je dois aussi penser à moi un peu», relève-t-elle, tout en soulignant que son mandat s'est révélé chargé.

Dans les circonstances, le poste de directeur général demeure à combler. Le processus de sélection est en cours. Le nouveau DG devrait être connu vers la mi-août ou au début septembre, dit Sylvain Perron.

Même si le réseautage a pris une autre dimension avec la croissance des réseaux sociaux, le président croit fermement que la chambre de commerce a toujours sa raison d'être. «On va travailler pour être attrayant. Je veux qu'on devienne le premier réflexe des gens d'affaires de la région, que ce soit pour la création d'entreprises, la formation, le financement, la prise de position. C'est mon objectif. Il faut faire partie de l'équation», est convaincu Sylvain Perron.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer