Litige commercial : une affaire d'huile d'olive tourne au vinaigre

Frank Fiorillo poursuit son ancien partenaire d'affaires qui,... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Frank Fiorillo poursuit son ancien partenaire d'affaires qui, soutient-il, lui a volé son concept et ses équipements. «Ce projet-là, c'est ma retraite», dit le Sheffordois. -

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Shefford) Le commerçant Marcel Guindon a de nouveau maille à partir avec la justice. Un ancien partenaire d'affaires l'accuse de vouloir lui voler son concept des produits à base d'huile d'olive macérée, issus d'une recette familiale.

Frank Fiorillo s'adresse à la Cour civile afin de récupérer son plan d'affaires, ses recettes et l'équipement dont M. Guindon s'est emparé, affirme-t-il, lorsque leur association a pris fin en mai. Selon sa version, le Sheffordois s'est rendu compte que son associé bloquait les investissements et complotait pour s'approprier le concept des aliments Fiorillo.

«Ce projet-là, c'est ma retraite, indique l'ex-directeur de construction de 47 ans. Ce serait de la vraie huile d'olive, moins chère qu'en vrac, et exportée dans sept pays.»

En février dernier, M. Guindon, 73 ans, lui a été présenté comme éventuel partenaire d'affaires. Le Centre local de développement (CLD) de la Haute-Yamaska s'est aussi engagé à soutenir M. Fiorillo. M. Guindon a de son côté suggéré d'utiliser un de ses locaux vacants à Saint-Alphonse-de-Granby.

Grippe-sou

«Il voulait investir sans être actionnaire», dit M. Fiorillo. Au fil des semaines, il a constaté que M. Guindon «passait chaque fois derrière moi pour défaire des trucs».

«Il renvoyait des ouvriers, coupait le gaz, voulait acheter des tomates chez Metro... Avec lui, c'était toujours pour que ça coûte le moins cher possible. Il cherchait à bloquer mon projet.»

Le torchon s'est mis à brûler et M. Fiorillo a été évincé du local, pour ensuite réaliser que son ancien partenaire voulait récupérer son concept sous l'appellation Pur olive. «Il appelait les fournisseurs en me faisant passer pour malade ou pour un simple porte-parole», dit-il.

Un tribunal a déclaré M. Fiorillo seul actionnaire de l'entreprise, le 29 mai. Mais ses disques durs et la plupart de ses équipements sont restés dans le local de M. Guindon, où il n'a plus accès. «J'ai pas mes bouteilles, mes code-barres, mes contrats, mes publicités... J'avais investi 200 000$, plus mon temps.» Pur olive n'a pas démarré non plus.

Triple poursuite

La poursuite de Frank Fiorillo contre Marcel Guindon est triple: une ordonnance de sauvegarde pour forcer le septuagénaire à lui remettre son disque dur et les équipements, une accusation d'outrage au tribunal pour avoir menti à la cour et une requête en inhabilité contre l'avocat du défendeur, Me Richard Arcand, qui était jadis... l'avocat de M. Fiorillo.

Fauché et un peu désabusé des avocats, l'entrepreneur se défend seul, accompagné d'une conseillère juridique. La partie adverse, soutient-il, fait tout en son possible pour étirer les procédures judiciaires (voir autre texte).

Mais M. Fiorillo est confiant que le litige va se régler et que ses biens pourront être récupérés. «Je continue à travailler mon plan d'affaires, dit-il. J'ai encore toutes les ententes avec les fournisseurs. Ça fait six ans que je travaille là-dessus, je ne lâcherai pas.»

Les anciens employés du CLD de la Haute-Yamaska ont refusé de commenter ce dossier.

Marcel Guindon a aussi plaidé coupable à une accusation de vol de moins de 5000$, le 6 juillet. Il s'agissait d'un vol de peintures. La plainte avait été déposée par Guy Bonneau, un artiste qui s'était associé avec l'homme d'affaires pour aménager un centre d'art à Farnham. Ce projet s'était aussi terminé en queue de poisson.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer