Philip Bester dans le carré d'as

Malgré une performance moins convaincante, Philip Bester a... (Photo Sarah-Jade Champagne)

Agrandir

Malgré une performance moins convaincante, Philip Bester a encore eu le dernier mot, cet après-midi, sur le court central.

Photo Sarah-Jade Champagne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Même s'il n'a pas aussi bien joué qu'à ses deux premiers matchs, Philip Bester a eu le dernier mot, cet après-midi, sur le court central. Et pour la troisième fois de sa carrière (et la troisième fois en quatre ans), il a atteint les demi-finales du Challenger Banque Nationale.

Le Vancouvérois a eu le meilleur sur l'Américain Jean-Yves Aubone, un repêché des qualifications, en des manches de 7-5 et 6-4.

«C'est vrai que ce n'était pas très joli mais l'important, en bout de ligne, c'est la victoire, a expliqué Bester. Même si Aubone frappait bien la balle, j'ai commis trop d'erreurs à mon goût et ça aurait pu me jouer de gros tours. Mais bon, j'ai fini par gagner...»

En pleine santé - ce qui ne lui est pas arrivé si souvent au fil des ans -, Bester a joué beaucoup de tennis jusqu'ici en 2015. Et hier, ça a fait une différence. 

«J'ai dû jouer 50 matchs jusqu'ici cette année. Quand ça devient plus difficile, quand il faut que j'aille piger dans mes réserves, je peux m'appuyer sur cette expérience. Aujourd'hui, c'est le genre de matchs que je n'aurais probablement pas gagné il y a un an ou deux...»

En demi-finale, Bester affrontera le vainqueur du match opposant ce soir Félix Auger-Aliassime au Japonais Yoshihito Nishioka, quatrième favori.

«J'aimerais jouer contre Félix. Il est tellement impressionnant pour son âge. Je pense que le public aimerait ça aussi», a-t-il conclu.

Tous les détails dans La Voix de l'Est de samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer