Défi de l'espoir : repousser les limites de l'arthrite juvénile

Xavier Leclerc, en compagnie de son père, Michel,... (photo Alain Dion)

Agrandir

Xavier Leclerc, en compagnie de son père, Michel, après avoir fait le chemin de plus de 80 kilomètres entre Sherbrooke et Granby.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine Lacroix
La Voix de l'Est

(Granby) À chaque coup de pédale, Xavier Leclerc, 19 ans, repousse les limites de la maladie de Crohn et de l'arthrite juvénile. Bien qu'il souffre de ces deux maladies, il s'est donné comme défi de parcourir 1200 kilomètres en 14 jours.

«C'est quelque chose que je trouve important et que je voulais faire dans ma vie. J'ai eu le désir de montrer aux jeunes que c'est possible de se surpasser et de vivre avec la douleur», explique le jeune homme.

Depuis le 15 juillet, le jeune homme originaire de Québec sillonne les routes du Québec sur deux roues. Après être allé jusqu'à Rivière-du-Loup, il a fait des arrêts à Saint-George-de-Beauce, à Lac-Mégantic et Sherbrooke, entre autres. Hier, il était de passage à Granby, où une citoyenne l'accueillait pour la nuit. «Partout où je vais, je reçois un super accueil», se réjouit-il.

Bien qu'il soit très motivé, le cycliste ne cache pas que c'est un défi difficile pour lui. «C'est surtout dur mentalement. Parfois, t'aurais le goût de faire moins de kilomètres. Mais juste le fait de penser à arrêter donne plus d'énergieet te pousse à continuer», affirme l'étudiant aux HEC de Montréal.

Hier, Michel Leclerc accompagnait son fils dans cette portion du parcours de plus de 80 kilomètres que représente la distance entre Sherbrooke et Granby. «Mon fils, il est impressionnant à voir. C'est mon inspiration de détermination. C'est donc important pour moi de l'accompagner là-dedans», a-t-il dit, visiblement très fier.

Opération

C'est après avoir subi une opération de remplacement de la hanche en 2011 (année où il a retrouvé une meilleure qualité de vie) que Xavier Leclerc s'est mis à la pratique du vélo. «C'était la seule activité vraiment recommandée pour moi, explique-t-il. Je ne peux pas faire de sports de contact comme du hockey, et la course ou le tennis me feraient rapidement mal. Le vélo, c'est vraiment ce qu'il me fallait.»

D'un même souffle, il précise qu'avec les années, il est en quelque sorte devenu immunisé contre la douleur. «J'ai appris à vivre avec la douleur et je ne me limite plus à faire ce que j'aime. Et moi, c'est le vélo qui m'allume.»

Grâce à son Défi de l'Espoir, le jeune homme souhaite redonner confiance aux enfants (et aux familles) souffrant d'arthrite juvénile, et surtout, démontrer que malgré les épreuves qui se présentent, il est toujours possible de trouver une solution. Du même coup, il souhaite amasser des fonds, qu'il remettra à la Société de l'arthrite.

Belle symbolique

Xavier Leclerc aura terminé sa longue randonnée le 29 juillet. Entre temps, il fera notamment un arrêt au camp Articulaction à Saint-Alphonse-Rodriguez, où il a séjourné en 2005. Chaque été, ce camp offre à des jeunes atteints d'arthrite juvénile la possibilité de lâcher leur fou et de créer des liens avec des gens vivant la même situation qu'eux.

«Je vais aller leur parler et les motiver, pour ne pas qu'ils perdent espoir. C'est à ça que sert le défi: garder espoir!», lance-t-il.

Il est possible de faire des dons à la Société de l'arthrite au www.arthrite.ca.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer