Contacts sexuels sur une mineure : Mario Blanchard alourdit son dossier criminel

L'homme de 54 ans au casier criminel bien... (photo La Voix de l'Est)

Agrandir

L'homme de 54 ans au casier criminel bien rempli a reconnu avoir abusé d'une fillette de six ans.

photo La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Mario Blanchard ajoute l'infraction de contacts sexuels avec une mineure à la longue liste des crimes dont il a été reconnu coupable.

Le Granbyen de 54 ans était de retour en cour pour son procès, hier, mais cette étape a été évitée. À la défense, Me Nicolas Cossette a annoncé que son client plaidait coupable à l'une des deux accusations qui pesaient contre lui. En contrepartie la Couronne, représentée par Me Véronic Champagne, a accepté d'abandonner l'accusation d'agression sexuelle.

Comme il doit prendre sa retraite le mois prochain, le juge François Marchand a reporté l'enregistrement du plaidoyer de M. Blanchard en décembre. Entre-temps, l'accusé subira une évaluation sexologique et un rapport avant sentence sera produit afin d'aiguiller les parties sur la détermination de la peine.

Les gestes reprochés au quinquagénaire remontent au début des années 1980. Durant cette période, il s'occupait fréquemment d'une fillette de six ans de son entourage. Il la gardait et l'invitait notamment à jouer aux quilles.

Selon la preuve déposée, il lui a fait des attouchements en une dizaine d'occasions en l'amenant dans une chambre. En échange de son silence, il lui offrait des cigarettes. Ce gardiennage odieux a cessé lorsque les parents de la jeune fille ont appris que l'accusé la faisait fumer. Maintenant adulte, la victime a porté plainte en 2013.

M. Blanchard a reconnu ces faits, mais dit ne se souvenir de rien, a indiqué Me Champagne. Il n'a pas non plus eu de contact avec la jeune fille depuis 20 ans.

Autres délits

Ce délai ne l'a pas empêché d'avoir d'autres démêlés avec la justice. Au fil des années, il a été accusé pour introduction par effraction, fraude, menaces, complot, possession de drogue, recel, bris de condition, conduite dangereuse et conduite avec les facultés affaiblies causant la mort.

Ces deux dernières infractions avaient fait les manchettes à la fin de 2002. Dans un élan de rage au volant, Mario Blanchard avait percuté la voiture conduite par Patrick Ferlatte en roulant dans la voie inverse. La victime était morte sur le coup.

Pour ce crime, l'homme décrit comme analphabète et souffrant de problèmes d'alcool et de dépression avait obtenu une sentence relativement clémente de deux ans de prison à domicile, assortie d'une probation de trois ans et de 200 heures de travaux communautaires.

En 2012, il avait aussi été reconnu coupable de s'être masturbé devant une école primaire de Granby.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer