Fusillade de Marieville : élan de solidarité envers une veuve

Marie-Jo Morier (à droite) et sa soeur Stéphanie... (photo Alain Dion)

Agrandir

Marie-Jo Morier (à droite) et sa soeur Stéphanie sont notamment à l'origine de ce mouvement de solidarité.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Rougemont) Deux semaines après la fusillade de Marieville, l'entourage d'une des victimes collatérales du drame se mobilise pour lui venir en aide.

Créée le 15 juillet, la page Facebook «Pour venir en aide à Mélanie Joyal» comptait déjà près de 310 membres, en fin de journée hier. L'objectif de ce regroupement est d'apporter soutien et aide financière à cette mère de famille de Rougemont, dont le conjoint, Michel L'Italien, est tombé sous les balles du tireur en voulant protéger son ami, le 8 juillet dernier.

«C'est une employée très appréciée de ses pairs et de notre clientèle. C'est quelqu'un de vraiment connu dans le coin», indique Marie-Jo Morier, qui l'emploie au Bar Les Vergers dont elle est propriétaire. Son conjoint, sa soeur Stéphanie et elle-même sont à l'origine de ce mouvement de solidarité.

«Quand l'événement est arrivé, tout le monde était sous le choc, indique Stéphanie. Elle se retrouvait avec beaucoup de responsabilités, et c'est maintenant qu'elle a besoin de nous.»

La réponse a été immédiate: nombreux ont été ceux qui désiraient mettre la main à la pâte, un mouvement qui émeut Mme Joyal.

«Au début, elle ne voulait pas, elle se disait qu'elle serait capable [d'y arriver seule]. C'est un peu l'orgueil qui a parlé, mais elle n'a pas eu le choix d'accepter. Elle est ultra reconnaissante de l'aide qu'on lui apporte», renchérit Stéphanie.

Courage

Les soeurs Morier n'ont pas manqué de souligner le courage de leur employée, qui doit maintenant élever seule ses quatre enfants âgés de dix mois à onze ans. «Mélanie a zéro malice. C'est elle qui a le plus grand coeur sur la Terre. C'est la fille la plus forte que je connaisse», souligne Marie-Jo.

En effet, malgré l'épreuve qu'elle traverse, la principale intéressée était de retour au travail moins d'une semaine après les tragiques événements.

Dimanche, le groupe a organisé un lave-auto pour amasser des fonds. Grâce à près d'une cinquantaine d'automobilistes, une dizaine de bénévoles et de généreux donateurs, l'objectif de la journée a été largement dépassé. «C'est vraiment au-delà de nos espérances», se réjouit Stéphanie Morier.

Chaîne de bonté

La chaîne de bonté se poursuivra le 15 août alors qu'aura lieu une épluchette de blé d'Inde au bénéfice de Mme Joyal et de sa famille. Un bar de Sherbrooke devrait également organiser une collecte de fonds au cours du mois. Le 19 septembre se tiendra un tournoi de golf, jumelé à un souper spaghetti au club de golf de Rougemont.

Les instigateurs du mouvement sont ouverts à toute suggestion permettant de donner un coup de pouce supplémentaire à la jeune femme. Une plateforme de dons en ligne vient tout juste d'être mise en place et la confection d'un verre à bière en son honneur sont actuellement étudiées.

Les funérailles de M. L'Italien ont été célébrées lundi à l'église de Rougemont.

Les personnes qui souhaitent aider Mme Joyal peuvent se renseigner au Bar Les Vergers de Rougemont ou sur la page Facebook «Pour venir en aide à Mélanie Joyal».

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer