Poursuite policière Un récidiviste en prison

Christopher Ouellet a plaidé coupable à des accusations... (photo tirée d'internet)

Agrandir

Christopher Ouellet a plaidé coupable à des accusations de méfait, conduite dangereuse et d'avoir provoqué une poursuite policière.

photo tirée d'internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Le récidiviste Christopher Ouellet n'a pas perdu de temps pour reconnaître ses torts.

Arrêté le 5 juillet, le chauffard et dur à cuire a plaidé coupable lundi à trois des cinq accusations qui pesaient contre lui, soit méfait, conduite dangereuse et avoir provoqué une poursuite policière. Il a aussitôt été condamné à huit mois et demi de prison; il s'agissait d'une entente entre le ministère public et la défense.

«Il ne voulait pas trop faire traîner ça», a indiqué hier son avocat, Me Serge Michon. En plus de son lourd casier judiciaire, M. Ouellet, 35 ans, faisait face à une preuve accablante. Peu avant son arrestation, il a fui les policiers durant une quarantaine de minutes entre Sainte-Anne-de-la-Rochelle et Compton, en Estrie.

À bord d'une minifourgonnette, il a évité un tapis de clous installé par les policiers pour le stopper et a empiété sur le terrain d'une résidence de Waterville. Il a pris la fuite à pied après une sortie de route sur le chemin Compton et a rapidement été maîtrisé. Il ne détenait pas de permis de conduite valide. Selon Me Michon, M. Ouellet avait causé une autre poursuite policière la semaine précédente, mais n'avait pas été intercepté.

Antécédents

Bien connu des policiers et du système de justice, il aligne les séjours en prison depuis des années. À l'aide de bombes artisanales, il avait allumé un incendie, en 2005, dans la maison en construction d'un policier de la SQ de Richmond.

Quatre ans plus tard, il était accusé de complot et de production de cannabis. Selon la preuve déposée, il contrôlait une production de cette drogue à partir de sa cellule de prison. Les policiers avaient saisi 650 plants de marijuana.

Puis, en 2010, Christopher Ouellet avait été condamné à 54 mois de prison au palais de justice de Sherbrooke. Il avait de nouveau reconnu sa culpabilité à des accusations d'incendie criminel, d'intimidation envers un policier, de complot, de production de cannabis, de tentative de vol, de conduite dangereuse et de délit de fuite.

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer