Une Abbotsfordoise aux fourneaux!

«Ce que j'adore de ce concours, c'est que... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

«Ce que j'adore de ce concours, c'est que ça permet de m'améliorer», raconte l'Abbotsfordoise Nathalie Daguzan, qui planche depuis avril en vue d'un événement hors de l'ordinaire: le championnat du monde de la confiture.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine Lacroix
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) Chaque compétition demande une préparation. Nathalie Daguzan planche depuis le mois d'avril pour un événement hors de l'ordinaire qui se déroulera les 22 et 23 août à Beaupuy, en France: les Confituriades.

«Cette année, le thème est la framboise. On doit présenter trois types de confiture. Une classique, contenant uniquement de la framboise. Une originale, à base de framboise, mais avec d'autres ingrédients. Pour finir, une au choix, mais toujours avec de la framboise», explique la confiturière d'origine française.

Le mondial de la confiture accueille des confituriers de partout dans le monde. Plus de 70 personnes y participent chaque année. Le jury accorde des points selon une panoplie de critères: la présentation commerciale (20 points), la couleur et l'aspect (40 points), la consistance et la texture (60 points) et pour finir, le goût et la saveur (80 points). Sans compter que des critères spécifiques à chaque catégorie existent également!

Les représentants de La Voix de l'Est ont eu la chance de goûter en grande primeur les confitures «originale» et «au choix», conservées précieusement dans un frigo incrusté dans le mur, presque invisible à l'oeil nu.

Verdict?

Mes matins seraient meilleurs avec cette confiture-là sur mon pain...

Mais pas question d'en dire davantage, car les ingrédients doivent être tenus secrets jusqu'au concours. «C'est pour éviter que les autres concurrents s'inspirent de mes recettes. [...] Mais si elles connaissent un bon succès, je crois bien les commercialiser», confie la dame, résidant à Saint-Paul-D'Abbotsford depuis 2004.

La confiturière fera également une présentation de produits locaux au Salon de la confiture, également présenté à Beaupuy, une commune siutée à 25 minutes de voiture de Toulouse.

Amélioration

«Ce que j'adore de ce concours, c'est que ça permet de m'améliorer, puisque les juges font tous leurs critiques, que je prends comme des commentaires constructifs. En étant meilleure, je suis contente. Mais ce sont surtout mes acheteurs qui sont heureux, parce que ce qu'ils mangent est encore meilleur!», s'exclame Nathalie Daguzan, avec un clin d'oeil.

 Mme Daguzan n'en est pas à ses premières Confituriades. Elle s'était démarquée en 2012. «J'ai obtenu un diplôme d'honneur, parce que les jurés reconnaissaient mon bon travail, semble-t-il. Alors j'espère bien faire ma marque à nouveau, mais les gens qui se présentent là sont tous très bons. Ce sera difficile», prédit-elle.

nathy D.

Nathalie Daguzan possède sa confiturerie, appelée Nathy D., et distribue ses produits dans plus de 30 emplacements au Québec. Elle propose six confitures différentes, créées à partir de plusieurs produits du terroir. «Je collabore avec plusieurs producteurs maraîchers locaux et je trouve ça important. C'est beau de voir un village où les gens s'appuient et s'entraident», estime-t-elle.

La confiturière a jusqu'au 19 août pour envoyer ses trois créations aux organisateurs de la compétition internationale. Elle rejoindra le vieux continent le 6 août «pour prendre des vacances et visiter [sa] mère, pour être bien reposée d'ici les Confituriades».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer