On le croyait armé : un homme interpellé au CHG

Munis de la description physique détaillée fournie par... (photo Alain Dion)

Agrandir

Munis de la description physique détaillée fournie par le témoin, les policiers ont arpenté le secteur avant de localiser le suspect tout près de l'entrée de l'urgence.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Plus de peur que de mal au Centre hospitalier de Granby, dimanche soir. Un homme qu'on soupçonnait d'être armé a été appréhendé par les policiers alors qu'il venait d'entrer à l'urgence.

Selon le policier Marc Farand, porte-parole du Service de police de Granby, un appel a été fait vers 22 h aux services d'urgence. Un citoyen faisait état d'un individu possiblement armé d'un couteau et d'une arme à feu qui se promenait en périphérie de l'établissement.

Munis de la description physique détaillée fournie par le témoin, les policiers ont arpenté le secteur avant de localiser le suspect tout près de l'entrée de l'urgence.

«Quand il est entré dans l'hôpital, nos agents l'ont suivi à l'intérieur et ont réussi à l'interpeller», indique le policier Farand.

Comme ils croyaient l'homme armé, les policiers n'ont pris aucun risque et ont dégainé leur propre arme de service pour tenter de le maîtriser. Ils ont aussitôt procédé à la fouille du suspect, qui finalement ne portait aucune arme sur lui.

«Couche-toi à terre»

Un témoin de la scène a rapporté sa version des faits sur la page Spotted Police de Granby. «Devant notre chambre on entendait: "Couche-toi à terre, mets les mains dans ton dos". [Ils] l'ont répété [quelques] fois. J'ai ouvert la porte de la chambre, il y avait un policier avec son fusil sorti et l'autre [s'est] couché par terre. Il lui disait "vas-y, tire-moi" [...] Là [le policier] m'a vue, la porte ouverte, [alors] il me dit ''ferme la porte, barre-la".»

Un confinement a été décrété sur l'étage, dans le secteur de l'urgence, a confirmé Marc Farand. Du côté de l'hôpital de Granby, on parle d'un «code inapproprié», mais on précise que toutes les mesures adéquates avaient été rapidement mises en place pour gérer l'incident.

Comme son état nécessitait une hospitalisation, le Granbyen de 30 ans, bien connu des policiers selon M. Farand, a été confié à une équipe de l'hôpital après son interpellation. Il ne souffrirait cependant d'aucune blessure.

Personne n'a d'ailleurs été blessé au cours de l'intervention.

L'incident n'est pas sans rappeler un autre branle-bas de combat survenu au centre hospitalier il y a tout près d'un an. Les policiers s'étaient alors rendus sur place après qu'un incendiaire eut mis le feu dans la buanderie, forçant l'évacuation d'employés et de 94 patients. Les policiers de Granby avaient tôt fait de mettre la main au collet d'un suspect. Après une évaluation psychiatrique au centre hospitalier de Sherbrooke, l'incendiaire avait été jugé apte à subir son procès, mais a finalement été déclaré criminellement non responsable de ses actes par le tribunal, en septembre dernier.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer