Le retour des rencontres du samedi

Une vingtaine de personnes, qui habitent de façon... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Une vingtaine de personnes, qui habitent de façon permanente ou temporaire à Bromont, ont profité de la Matinée branchée pour discuter et poser des questions sur divers sujets aux élus.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Bromont) Le conseil de la Ville de Bromont a ramené, samedi, ses matinées de rencontre avec ses citoyens. Après une pause de plusieurs années, à la demande de résidants, la Matinée branchée de Bromont effectue un retour.

Une vingtaine de personnes, qui habitent de façon permanente ou temporaire à Bromont, ont profité de cette tribune pour discuter et poser des questions sur divers sujets. De telles rencontres avaient déjà eu lieu au début des années 2000, avant de faire une pause. En 2009, les rendez-vous du samedi matin avaient repris sous de diverses thématiques, mais comme des gens en profitaient pour venir vendre leurs services, l'activité avait pris fin, indique la mairesse, Pauline Quinlan.

Cette fois, c'est dans la cordialité et l'ouverture que tous ont discuté, citoyens et élus intervenant fréquemment dans le débat.

Une première citoyenne a voulu sonder l'intérêt des gens à propos d'un hameau de petites maisons. Entrepreneure et sociologue, elle a dans l'idée de construire un tel hameau, sans qu'il s'agisse de micromaisons, réunies autour d'espaces communs. Lieux de retraite, premières propriétés ou encore pied-à-terre, celles-ci pourraient répondre à divers besoins, a-t-on pu voir au fil de la discussion. Si certains disaient se sentir trop à l'étroit dans ce type d'habitation (qui pourrait ressembler à une maison mobile en termes de dimensions), celui-ci pourrait plaire à d'autres. La question à savoir si la Ville serait ouverte à modifier ses règlements en matière de superficie de bâtiment en vue d'un tel projet n'a toutefois pas obtenu de réponse.

D'autres sujets ont aussi été abordés, dont l'absence de fossés d'un côté dans certaines rues - un problème déjà signalé aux fonctionnaires municipaux, a-t-on appris. Sans fossé d'un côté de l'artère, la rue de Verchères se détériore, selon des résidants, puisque l'eau de pluie gruge l'asphalte par en dessous, en plus d'abîmer les terrains. Le problème semble être le même dans la rue Champlain.

L'absence d'accotements asphaltés sur bien des artères de la ville a également été soulignée, ce qui rend la pratique du vélo et de la marche moins sécuritaire. Des citoyens ont également demandé une mise à jour du projet du Val 8 et des négociations pour acheter le lot en question; ils pourraient en apprendre plus à ce sujet ce soir, à la séance régulière du conseil. Même chose pour le manège des Jeux équestres mondiaux. Présent à la rencontre, Marcel Bundock, président de la Société d'agriculture de Shefford, qui chapeaute le financement des infrastructures du Mondial Équestre, a fait savoir que l'esquisse parue dans La Voix de l'Est il y a quelques semaines est toujours d'actualité, mais que le devis est ouvert à plusieurs possibilités.

L'activité constituait une première présence pour la nouvelle conseillère municipale, Sylvie Adam, élue le 21 juin dans le secteur d'Adamsville, et assermentée la semaine dernière.

La prochaine Matinée branchée est prévue en octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer