Abandons d'animaux: un phénomène à combattre

«Les gens se prennent un chaton au printemps... (PHOTO ALAIN DION, LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

«Les gens se prennent un chaton au printemps pour la saison et ils laissent les chats sur place quand ils retournent en ville à l'automne. Il y a parfois des campings qui m'appellent pour 10 à 15 chats qui ont été abandonnés», raconte le directeur de la SPA des Cantons, Carl Girard.

PHOTO ALAIN DION, LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Il n'y a pas que des meubles et des objets que les gens laissent derrière eux lorsque vient le temps d'emménager dans leur nouveau logement, le 1er juillet.

Plusieurs prennent aussi la décision d'abandonner leur animal de compagnie, que ce soit parce que leur nouveau bail les empêche de l'amener avec eux ou par simple négligence.

Les animaux abandonnés par leur propriétaire dans un logement désert ou encore en pleine nature aboutissent ainsi la plupart du temps dans les fourrières ou les refuges pourtant déjà débordés.

Une situation que déplore le directeur de la SPA des Cantons située à Cowansville, Carl Girard. «Ça arrive souvent dans le temps des déménagements. Ce printemps, on a notamment retrouvé une portée de chiots dans un bain. La personne est partie de son logement durant la nuit et elle a laissé six chiots tout seuls dans un bain.»

«Finalement, il a voulu récupérer les chiens une semaine plus tard et il a fallu faire venir la police. Ça a été toute une histoire. Pour ce qui est des chats, le problème, c'est que les gens ouvrent la porte et les laissent aller directement dehors. On ne les retrouve donc pas nécessairement dans les logements, mais plutôt errant dans les rues», ajoute-t-il.

Même si son organisme est toujours plus occupé le 1er juillet, il souligne que dans la région, le phénomène se limite moins à cette journée, contrairement aux grandes villes où bon nombre de baux se terminent systématiquement à la fin juin.

«Ici, ça va plutôt de mai jusqu'à la fin août. C'est vraiment notre grosse période de l'année. Règle générale, on s'assure d'avoir plus d'employés pour être sûrs de pouvoir répondre aux nombreux appels», indique M. Girard, précisant que 60-70% des animaux récupérés annuellement par l'organisme sont recueillis durant ces quatre mois.

Sans être en mesure d'avancer de chiffres précis, il se réjouit de voir que les cas d'abandon semblent être beaucoup moins élevés cette année. «Jusqu'à maintenant, ça va très, très bien. Je suis moi-même surpris. On n'a pas eu beaucoup d'animaux abandonnés dans les logements si on compare à l'an dernier. On se croise les doigts pour que ça continue comme ça.»

Hier, en début de soirée, la SPA des Cantons n'avait d'ailleurs reçu aucun appel pour signaler un cas d'animal abandonné.

Savoir dans quoi on s'embarque

Carl Girard rappelle que les gens qui se procurent un animal doivent être bien conscients de l'investissement que ça représente. «C'est un engagement à long terme. Il faut être prêt à s'engager pour au moins 15 ans. Si ce n'est pas le cas, vaut mieux en acheter un en peluche ou venir à la SPA où il est possible d'en prendre un et d'aller marcher avec lui gratuitement.»

Parmi les autres solutions de rechange pour éviter d'avoir des animaux abandonnés, il cite la possibilité d'adopter un chien ou un chat âgé ou celle de devenir une famille d'accueil pour un refuge d'animaux.

Et pour ceux qui s'apprêtent à déménager, il les invitent à se préparer plusieurs semaines à l'avance. Que ce soit en s'assurant qu'ils pourront amener leur animal dans leur nouvelle demeure ou en prévoyant un plan B si ce n'est pas possible. Le cas échéant, mieux vaut lui trouver une nouvelle famille, que ce soit temporaire ou permanente, en plaçant des messages chez le vétérinaire, au supermarché, sur les réseaux sociaux ou dans les petites annonces.

Il rappelle aussi aux gens d'éviter d'amener leur chien lors de feux d'artifice, par exemple lors de la fête du Canada. «Le son est trop fort pour eux. S'ils sont laissés sans surveillance, il y a 2-3 feux d'artifice, le chien peut prendre panique et se sauver en courant. On en retrouve souvent par la suite chez des voisins, deux ou trois rues plus loin.»

Enfin, M. Girard suggère aux amateurs de camping d'y penser à deux fois avant de faire l'achat d'un animal de compagnie en vue de la période estivale.

«À la fin août, lorsque les terrains de camping commencent à fermer, c'est une autre grosse période pour nous. Les gens se prennent un chaton au printemps pour la saison et ils laissent les chats sur place quand ils retournent en ville à l'automne. Il y a parfois des campings qui m'appellent pour 10 à 15 chats qui ont été abandonnés.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer