Prospection commerciale à Granby : deux sociétés françaises en visite

Deux entreprises françaises effectueront de la prospection à...

Agrandir

Deux entreprises françaises effectueront de la prospection à Granby pour valider leur intérêt à s'implanter dans la région, selon le directeur général de Granby Industriel, Patrick St-Laurent.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les efforts de Granby Industriel pour positionner la région sur l'échiquier international semblent porter leurs fruits. Deux entreprises françaises effectueront de la prospection à Granby afin de valider leur intérêt à s'implanter dans le parc industriel.

Les représentants de l'une des deux entreprises, qui fabrique des pièces pour les véhicules spéciaux, seront d'ailleurs de passage à Granby lundi et mardi prochains, a confirmé le directeur général de Granby Industriel, Patrick St-Laurent.

Ils seront guidés durant leur séjour par le commissaire industriel, Éric Tessier, qui verra notamment à leur présenter des partenaires, des fournisseurs et des clients potentiels. Les rencontres ont déjà été planifiées. «Les entreprises viennent voir s'il y a un marché à développer, s'il y a de la main-d'oeuvre, des terrains disponibles. À partir de là, elles pourront se faire une idée s'il y a un potentiel pour elles au Québec, au Canada et aux États-Unis», souligne Patrick St-Laurent.

Ce dernier insiste cependant sur le fait que ces démarches sont effectuées dans une perspective à long terme. Il préfère ne pas identifier pour l'instant les entreprises qui seront en visite. L'autre société française, active dans le secteur des véhicules spéciaux, mais liée à l'électrification des transports, est pour sa part attendue à l'automne. «Ce sont des long shots. On ne veut pas créer d'attentes. Mais plus on va faire ce genre de visites, plus on va avoir de chances que ça aboutisse», fait valoir le directeur général de l'organisme de développement industriel.

Retombées

Aux yeux de Patrick St-Laurent, cet intérêt des sociétés étrangères pour la région «s'inscrit dans la suite logique de la planification stratégique» effectuée au cours des dernières années. Deux créneaux d'excellence, l'aéronautique et les véhicules spéciaux, ont été identifiés. «C'était prévu de faire ce genre de démarches après le positionnement de la région et l'élaboration d'outils promotionnels», dit-il.

M. St-Laurent souligne que c'est la première fois depuis qu'il est en poste, soit depuis trois ans, que des entreprises européennes visitent la région pour évaluer son potentiel. Selon lui, leur implantation pourrait être facilitée si elles réussissent à établir des partenariats d'affaires avec des joueurs locaux.

Une entreprise de Granby aurait d'ailleurs été approchée pour un possible partenariat avec la société française attendue à l'automne. Pour l'heure, cette éventualité demeure cependant exploratoire et doit être analysée, dit le DG de Granby Industriel.

Au Bourget

Récemment, Patrick St-Laurent et Éric Tessier étaient par ailleurs au Salon de l'aéronautique du Bourget, en France, où Granby Industriel occupait un espace au kiosque du Québec. Granby a eu une belle visibilité, se réjouit le directeur général. Sur place, ils ont notamment rencontré les représentants de l'entreprise française attendue à Granby au début de la semaine prochaine. «Les contacts avaient été faits avant le Bourget. Mais on s'est donné rendez-vous là-bas. La suite des choses a été discutée à cette occasion», dit M. St-Laurent.

Le Salon du Bourget a aussi été l'occasion idéale pour Granby Industriel d'établir des contacts. Et qui sait, d'autres retombées pourraient en découler. «Il y a deux autres entreprises françaises qui nous ont promis de nous appeler quand elles vont venir au Québec. Leur espérance, c'est de décrocher un contrat avec Bombardier», glisse Patrick St-Laurent.

Pour l'heure, les activités de Bombardier sont au ralenti, mais l'intérêt pour Granby et son pôle aéronautique pourrait être accru à partir du moment où celles-ci vont redécoller. «Et je suis sûr que ça va arriver», affirme M. St-Laurent, tout en précisant que les avions de la CSeries ont retenu l'attention au Bourget, même si cela ne s'est pas traduit par de nouvelles commandes. «Mais les retombées vont se faire avec les efforts qui vont suivre et les suivis que nous allons effectuer», considère-t-il.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer