Agression sexuelle de mineurs : un Granbyen aurait fait trois victimes

Douze accusations incluant attentat à la pudeur, agression... (photo La Voix de l'Est)

Agrandir

Douze accusations incluant attentat à la pudeur, agression sexuelle, attouchements et incitation à être touché pèsent contre Laurent St-Martin.

photo La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Un homme de Granby doit répondre de nombreuses accusations en lien avec des crimes sexuels qui auraient été commis sur trois mineurs. La plus jeune victime avait quatre ans au début des faits reprochés.

Laurent St-Martin, un plombier de 59 ans, a brièvement comparu au palais de justice, hier. Pour sa défense, Me Pascale Gauthier a annoncé qu'elle prenait le relais de Me Éric Cloutier, alors queMe David Saint-Georges oeuvre pour la Couronne.

La cause a été remise au 21 septembre. À cette date, le tribunal pourra fixer la date de l'enquête préliminaire. M. St-Martin a plaidé non coupable.

Accusations

En tout, douze accusations incluant attentat à la pudeur, agression sexuelle, attouchements et incitation à être touché pèsent contre le quinquagénaire. Les trois victimes, deux garçons et une fille, avaient respectivement 4, 13 et 6 ans au début des faits reprochés. Ceux-ci auraient eu lieu à partir du début des années 1980 jusqu'en 2012, à Granby età Saint-Hyacinthe.

«On ne veut plus que ça arrive», a déclaré la mère d'une des présumées victimes, jointe par La Voix de l'Est. Selon la femme, son enfant a été abusé par M. St-Martin pendant six ans. L'accusé s'assurait de son silence avec de l'argent et des privilèges.

Aujourd'hui adolescent, l'enfant est «devenu très agressif» à la suite des crimes allégués, dit-elle.

Procès séparés

Les accusations portées contre M. St-Martin font présentement l'objet de procès séparés. Il a comparu une première fois en décembre dernier en lien avec le premier plaignant. La cour a alors accepté de le remettre en liberté moyennant certaines conditions.

L'homme a été arrêté de nouveau le 30 avril lorsque les plaintes des deux autres présumées victimes ont été autorisées par le ministère public. M. St-Martin a alors pu recouvrer sa liberté contre le dépôt d'une caution de 2000$ et l'obligation, comme à la fois précédente, de ne pas communiquer avec les plaignants et de ne pas se trouver en présence de mineurs sans supervision.

M. St-Martin n'a pas d'antécédent judiciaire.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer