Hydro-Québec donne le coup d'envoi au poste d'Adamsville

On voit ici Yves Desrochers, chef - relations... (photo fournie par Hydro-Québec.)

Agrandir

On voit ici Yves Desrochers, chef - relations avec le milieu, Pauline Quinlan, mairesse de Bromont, Réjean Dupont et Esther Roy, respectivement responsables du projet du poste d'Adamsville et de celui de la ligne à 120 kV.

photo fournie par Hydro-Québec.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Hydro-Québec a lancé officiellement hier les travaux du nouveau poste d'Adamsville, à proximité du boulevard de Montréal à Bromont. La mise en service des infrastructures est prévue à l'automne 2016. Celles-ci permettront de desservir le Parc scientifique de la municipalité ainsi qu'une partie de la région, par le biais d'une ligne à 120 kV. Le coût global du projet est estimé à 82 M$.

«C'est un très beau projet qui permettra d'absorber la croissance [de la demande énergétique] dans le secteur pour de très longues années», a indiqué en point de presse Yves Desrochers, chef relations avec le milieu.

L'initiative de la société d'État a été amorcée il y a quelques années, car le poste Cleveland à Granby (120-49-25 kV) puis celui de Bromont (49-25 kV) ont atteint leur capacité maximale. Une partie de la demande en électricité est ainsi absorbée par les infrastructures de Waterloo et Cowansville.

Les balbutiements du projet ont commencé à l'hiver 2012-2013. Des séances d'information et de consultation ont alors eu lieu à Bromont. Hydro-Québec a ensuite proposé deux endroits pour ériger le nouveau poste d'Adamsville dans le Parc scientifique, ainsi que trois tracés pour la ligne d'alimentation. La solution retenue a été présentée au printemps 2013. Québec a donné son aval à l'option choisie au cours de la dernière année. Celle-ci prévoit des servitudes sur les terrains de huit particuliers et 10 entreprises.

Le circuit passera donc à l'arrière de résidences du chemin Racine à Bromont, à 1,5 kilomètre de la route Pierre-Laporte. La nouvelle ligne à 120 kV longera notamment celle qui est déjà en place sur 2,4 kilomètres, pour être reliée au poste Cleveland, près de l'intersection de la rue Bergeron et du boulevard Pierre-Laporte. Elle raccordera également le poste d'IBM à Bromont.

La mairesse Pauline Quinlan a tenu à souligner la cohésion de l'ensemble des démarches lors de son allocution, hier. «Dans le projet, les gens ont partagé leurs préoccupations. Mais en même temps, ils ont compris que c'était un investissement essentiel, a-t-elle indiqué. Hydro-Québec a fait preuve de beaucoup d'écoute, d'une belle approche auprès des citoyens. Et [le poste] s'intègre bien dans un boisé du Parc scientifique.»

Budgets

Selon Hydro-Québec, les nouvelles infrastructures devraient répondre à la demande énergétique du secteur pour plusieurs décennies. «C'est la croissance qui va déterminer la durée et la capacité [des équipements]. S'il y a de très grosses entreprises énergivores qui arrivent [dans le Parc scientifique], évidemment, la capacité va diminuer au fur et à mesure. Mais on a une perspective d'au moins 40 ans. Autant pour le réseau de distribution que pour les lignes de transport», a mentionné Ginette Cantin, conseillère - relations avec le milieu.

À elle seule, la facture du poste d'Adamsville est estimée à 39 M$, alors que l'enveloppe prévue pour la construction de la nouvelle ligne à 120 kV est de 26 M$. La majeure partie du montant restant servira à ficeler le projet.

«Avec tous les réaménagements dans le réseau de distribution, on prévoit 16 M$ supplémentaires pour reconstruire certaines portions ou en relocaliser d'autres. Ça inclut aussi une portion souterraine du poste d'Adamsville vers le réseau existant», a précisé Mme Cantin.

Questionnée à propos de possibles dépassements de coûts durant le chantier, la représentante de la société d'État a fermé la porte. «Il n'y aura pas de dépassements, car les budgets sont très serrés. Normalement, c'est même un peu plus bas au final que les coûts annoncés.»

Après la mise en service du nouveau poste à Bromont, celui qui est situé sur la rue de Gaspé sera démantelé au cours de l'année suivante. De même, plusieurs équipements de l'ancien réseau à plus basse tension seront retirés du poste Cleveland. Près de 45 kilomètres de lignes à 49 kV seront également enlevés.

Valorisation

Dans le cadre de son Programme de mise en valeur intégrée (PMVI), Hydro-Québec remet aux municipalités et autres organisations une somme qui équivaut à 1 % du montant autorisé pour la construction de nouvelles infrastructures dans son réseau. Un total de 65 M$ est donc assujetti au PMVI.

«La somme est répartie en fonction du kilométrage parcouru. Donc, il y a une portion pour la ligne qui sera versée à Granby et l'autre à Bromont. Dans le cas du poste [d'Adamsville], près de 400 000 $ iront à Bromont», a expliqué Mme Cantin. Le Programme sera lancé d'ici la fin 2015. Les Villes auront un an pour réaliser le projet destiné à la communauté, autorisé au préalable  par la société d'État.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer