Un homme perd la vie dans un incendie

Un incendie a fait une victime, hier soir... (photo Cynthia Laflamme)

Agrandir

Un incendie a fait une victime, hier soir à 20 h, sur la rue De Desbiens, à Granby.

photo Cynthia Laflamme

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Un incendie a fait une victime, hier soir à 20 h, sur la rue De Desbiens, à Granby. Malgré les manoeuvres de réanimation pratiquées sans relâche par les pompiers, puis par une infirmière présente sur place et les paramédics, l'homme a succombé à ses blessures.

Les pompiers ont été contactés pour un début d'incendie dans la maison mobile. «En arrivant sur les lieux, les pompiers ont constaté qu'il y avait de la fumée qui s'échappait de la toiture de la maison et de la fumée opaque dans les fenêtres, relate Pierre Lacombe, directeur du service incendie de Granby. En s'approchant de la maison, ils ont remarqué un véhicule automobile qui était devant la maison avec un passager dedans.»

Ils se sont souciés de son état et lui ont demandé s'il y avait quelqu'un à l'intérieur, question à laquelle l'homme a répondu par l'affirmative. «Alors les pompiers sont rentrés à l'intérieur et on a localisé assez rapidement un individu qui était couché au sol à l'intérieur. Ils l'ont sorti et ont entrepris des manoeuvres de réanimation jusqu'au moment où les ambulanciers sont arrivés et ont pris la relève.» Une infirmière, qui habite dans le parc de maisons mobiles, a signalé sa présence et son aide a été requise, en vain, en attendant les paramédics.

L'ambulance, arrivée tardivement sur les lieux selon l'appréciation des voisins, est repartie beaucoup plus tard avec la victime recouverte de la tête aux pieds. Les paramédics ont pris place à l'avant et ont quitté les lieux vers l'hôpital sans gyrophare ni sirène. Une deuxième équipe d'urgence a été appelée pour s'occuper du deuxième homme habitant la maison, en état de choc.

L'enquête a été transférée à la Sûreté du Québec. Selon le sergent Claude Denis, «c'est une question de niveau de service et, lorsqu'il y a un décès dans un incendie, c'est transféré à la Sûreté du Québec». Il précise par le fait même que la victime n'a effectivement pas survécu. L'enquête sera menée par le service des enquêtes régionales de la SQ en collaboration avec les policiers de Granby.

Plusieurs hypothèses sont étudiées par les enquêteurs quant à la cause de l'incendie et la raison pour laquelle la victime était à l'intérieur, contrairement à la deuxième personne. Parmi la foule de curieux circulait l'information qu'il aurait voulu récupérer son chien.

«Ça fait 38 ans que je suis pompier, c'est toujours la même affaire, rapporte M. Lacombe. Quand il y a un incendie, on dit aux gens d'évacuer la maison. Si on oublie un animal de compagnie, on est mieux de rester dehors et on le signale aux pompiers qui vont essayer de localiser l'animal et le sortir. On ne retourne pas à l'intérieur pour aller chercher un animal, c'est totalement contre-indiqué. Les gens qui [meurent dans un incendie], 99 fois sur 100 sont morts par la fumée avant d'être brûlés. C'est la fumée qui tue et c'est très rapide. Souvent, les gens disent qu'ils vont être capables de sortir, font 3-4 pas et s'écrasent.»

Environ 25 pompiers de Granby et de Saint-Paul-d'Abbostford ont participé au combat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer