Sutton recule... en partie

«On a écouté les gens, on les a... (photo Janick Marois)

Agrandir

«On a écouté les gens, on les a rencontrés, on a eu des séances de travail. On a entendu de bonnes idées et on en a tenu compte», a indiqué le maire Louis Dandenault (de dos, à l'avant-plan sur la photo).

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Sutton) Le conseil municipal de Sutton a finalement adopté ses deux controversés projets de règlements d'urbanisme après en avoir nuancé des aspects et retiré d'autres. La bataille n'est pas terminée pour autant, les opposants tenteront maintenant de se faire entendre lors des registres.

Faisant face à une forte pression populaire depuis mars, les membres du conseil ont choisi hier soir de se prononcer sur une version remodelée des deux projets de règlements.

D'abord, ils ont décidé de maintenir le statu quo sur la superficie minimale où une maison peut être construite en altitude (entre 350 et 550 mètres) dans le secteur de Glen Sutton, soit dans le sud de la municipalité. Ces terrains ne peuvent être d'une superficie inférieure à quatre hectares.

Le conseil a également balisé la longueur d'une entrée de cour. Le premier projet prévoyait que celle-ci pouvait être de la longueur du choix de son propriétaire. Toutefois, la nouvelle mouture du règlement limite la coupe forestière à 2000 mètres carrés qui doivent comprendre le bâtiment, le champ d'épuration et l'entrée, a expliqué l'urbaniste Réal Girard lors d'une longue présentation en ouverture de cette assemblée extraordinaire à laquelle environ 65 personnes ont assisté.

Les deux autres propositions contenues dans les projets de règlements, qui ont soulevé l'ire de maints résidants, n'ont pas été biffées: la superficie minimale d'un terrain où une maison peut être construite en zone rurale passe de deux à un hectare et les entrées de cours pourront être aménagées dans des pentes allant jusqu'à 15% sur une distance de 15 mètres.

Plusieurs citoyens ont critiqué les choix des élus, faisant valoir les pressions et les dommages que subira l'environnement, entre autres l'érosion et les eaux de ruissellement, et le fait que les jeunes familles ne seront pas plus enclines à venir s'établir à Sutton. Le conseil avait fait valoir au printemps que ces mesures aideraient les jeunes familles à accéder à la propriété. «Il n'y a aucun effort pour les jeunes familles dans ce que vous faites», a raillé Sébastien Landry, un ancien conseiller.

Le maire Louis Dandenault, qui s'est montré très patient lors de l'heure et demie qu'a duré la période des questions avant le début de l'assemblée, estime que les règlements adoptés reflètent les commentaires et suggestions reçues lors des deux assemblées de consultation tenues par le conseil. «On a écouté les gens, on les a rencontrés, on a eu des séances de travail. On a entendu de bonnes idées et on en a tenu compte», a-t-il indiqué.

Processus complexe

Les changements adoptés devront passer l'étape populaire. Les résidants de zones concernées pourront signer un registre pour exiger la tenue d'un référendum. Ceux qui habitent une zone contiguë pourraient avoir droit au chapitre. Ils devront toutefois demander à la Ville de les inclure dans le registre. Un nombre suffisant de personnes provenant des zones contiguës devront en faire la demande.

Les avis publics devraient être publiés la semaine prochaine. Les citoyens des zones contiguës qui veulent se prononcer sur les différents changements disposeront de huit jours pour remplir les formulaires nécessaires pour que l'hôtel de ville les inclue dans le processus.

Tous les détails des registres et des démarches à suivre pour les registres seront affichés à partir de ce matin sur le site internet de la Ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer