Grand Défi Pierre Lavoie : un défi de plus pour François Bonnardel

Le député et cycliste Stéphane Billette reçoit un... (Photos fournies)

Agrandir

Le député et cycliste Stéphane Billette reçoit un traitement du propriétaire de O'Kiné massothérapie, Benoit Racine, qui agit en tant que massothérapeute de l'équipe de l'Assemblée nationale du Granb défi Pierre Lavoie.

Photos fournies

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) - François Bonnardel prend une fois de plus part au Grand défi Pierre Lavoie, depuis jeudi, cette fois en tant qu'encadreur. Son rôle est donc encore plus important. Il est cependant épaulé par toute une équipe de députés et d'un massothérapeute de Granby, Benoit Racine.

Le député caquiste de Granby a pris quelques minutes pour s'entretenir avec La Voix de l'Est durant une pause entre la cinquième et la sixième étape. Les cyclistes de l'équipe de l'Assemblée nationale font entre 150 et 200 km par jour, à relais, pour arriver au fil d'arrivée, à Montréal, après 1000 km de route.

Le rôle d'encadreur est crucial dans un tel défi et donne un niveau de difficulté supplémentaire à celui qui l'est. Il doit aider physiquement et mentalement les cyclistes qui ont du mal à garder le rythme, par exemple lors des montées. «C'est super le fun, c'est une autre dimension. T'es là pour aider les gens, c'est un support moral, c'est un support physique.»

M. Bonnardel dit être plus en forme que jamais et apprécie de pouvoir pousser encore plus.

«La forme est bonne, je viens justement de faire une étape de 65 km et j'ai aidé une dame, raconte-t-il, lors du court arrêt à Trois-Pistoles. Tu pousses deux fois plus. C'était une dame qui en était à sa première étape de sa vie. C'était une petite étape de 65 km, mais pour elle... elle voulait débarquer.»

Il se remémore d'ailleurs sa première étape, il y a trois ans, à quel point le support des encadreurs était essentiel. «Au-delà du physique, c'est le mental qui embarque. Tu veux tout lâcher, rembarquer dans l'autobus.» Mais la seule pensée de retourner dans l'autobus qui suit le peloton suffit généralement à fouetter le moral.

Délier les tensions

Benoit Racine s'est joint à l'équipe l'an passé, mais lui, il ne pédale pas. Il tient toutefois un rôle majeur pour l'équipe de politiciens, formés du capitaine François Bonnardel, de ses collègues caquistes Sébastien Schneeberger et Simon Jolin-Barrette, du péquiste Sylvain Pagé et du libéral Stéphane Billette. M. Racine sert à délier les tensions, mais pas celles causées par les allégeances politiques, puisqu'elles n'existent pas durant le défi.

De par son métier, il masse les cyclistes pour leur permettre de se détendre. L'an dernier, le propriétaire de O'Kiné massothérapie avait proposé ses services à M. Bonnardel, mais il n'avait pas apporté sa table de massage, si bien qu'il n'a pas pu être aussi productif qu'escompté. Cette fois, il a apporté le matériel nécessaire pour prodiguer les soins aux athlètes. Lors des pauses, il sort donc sa table et s'active, en plus de prendre quelques clichés.

Les jambes, les genoux, le dos, le cou, toutes ces zones du corps sont sollicitées en raison de la position sur le vélo de route, qui n'est pas très ergonomique, explique-t-il, et de l'effort physique. «Il y a des raideurs partout en bout de ligne.»

L'expérience pour lui est agréable, tant au niveau personnel qu'au niveau professionnel. «C'est le fun, j'ai pu aider quelqu'un, quand j'ai sorti ma table de massage, qui avait un problème de vertèbres», juste avant de masser un membre de l'équipe.

À sa connaissance, l'équipe de l'Assemblée nationale serait la seule à avoir son massothérapeute. Les encadreurs et Pierre Lavoie ont leur équipe pour prendre soin d'eux, mais pas les autres cyclistes. M. Racine adore d'ailleurs l'ambiance qui règne dans l'équipe, lui qui adore la politique. Les cyclistes abordent leur carrière avec un grand humour, selon lui.

Il souligne au passage que Benoit Léveillé, enseignant à l'école primaire Eurêka, roule en tant que bras droit de Pierre Lavoie depuis le début du défi de 1000 km. Il ferait partie de la poignée de cyclistes à pédaler toute la distance.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer