Projet Cure : requête rejetée

Le juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure,... (photo archives La Tribune)

Agrandir

Le juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure, rejette la requête en délais déraisonnables déposée par les derniers accusés du projet Cure, dont Werner Kyling (photo).

photo archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Le tribunal annoncera aujourd'hui qu'il rejette la requête en délais déraisonnables déposée par les derniers accusés du projet Cure.

Werner Kyling, Brian Bordo, Martin Castilloux, Martin Clohosy et Gilles Couture ne sont donc pas acquittés, pour l'instant, des accusations de production, de trafic de marijuana et de gangstérisme portées contre eux, il y a 10 ans, à la suite d'une vaste enquête policière dans la région de Bedford.

Leur avocat, Me Thomas Walsh, avait demandé que les charges soient abandonnées compte tenu du temps écoulé depuis leur arrestation. Pour la Couronne, Me Robert Rouleau avait fait valoir que les délais étaient légitimes puisque la durée de préparation au procès n'a été que de deux ans et demi.

Hormis cela, les accusés ont subi une demande d'extradition vers les États-Unis, rejetée, et purgé plusieurs mois de prison après leur condamnation à la suite d'un premier procès, en 2010. Ce verdict a ensuite été annulé par la Cour d'appel.

Audience

Les cinq hommes sont donc en attente de leur deuxième procès devant le juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure, au palais de justice de Granby. Le magistrat devait rendre sa décision hier concernant la requête en délais déraisonnables, mais il a reporté cette audience à aujourd'hui.

Il a toutefois avisé les parties qu'il rejetait la demande de Me Walsh. Joint hier, Me Rouleau, du Bureau de lutte au crime organisé, a indiqué qu'il ne souhaitait pas commenter cette décision avant d'en avoir les détails. Me Walsh n'a pas rappelé La Voix de l'Est.

La défense a toutefois d'autres cartes dans son jeu. Me Walsh doit maintenant plaider pour exclure la preuve d'écoute électronique du dossier et il déposera une troisième requête pour faire acquitter ses clients pour cause d'abus de procédure. Si cela échoue, le procès doit avoir lieu à partir de novembre.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer