Parkbridge en mode gestion de crise

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Sainte-Sabine) Après avoir rencontré la municipalité de Sainte-Sabine, l'adjointe du député de Brome-Missisquoi Pierre Paradis, et contacté de nombreux ministères, dont Tourisme Québec et Environnement Québec, Denis*, Daniel* et Claude ont contacté le directeur des opérations du Québec et des Maritimes de Parkbridge Lifestyle Community, propriétaire du camping, pour que les choses bougent.

Le directeur des opérations, Nicolas Bouquet, est d'ailleurs venu rencontrer les plaignants, le dernier week-end de mai. «Je ne peux pas parler d'une mauvaise gestion, mais peut-être certaines lacunes ont été faites au niveau de la gestion, admet-il en entrevue. Cependant, notre vision à nous, c'est le service à la clientèle. On est en train de faire du ménage, si on peut dire, de façon à ce que tous nos employés soient formés au niveau du service à la clientèle. Le service à la clientèle n'est pas encore à la hauteur de nos attentes (...) sur ce camping-là.»

La Voix de l'Est l'a rencontré samedi midi et lui a parlé des menaces qui planent sur les campeurs. «Si telle est la vérité, des actions vont être prises, dit-il, surpris. Malheureusement vous m'apprenez quelque chose en me disant que certains résidents ont peur. Je peux comprendre le mécontentement, mais je ne veux surtout pas qu'ils aient un sentiment de crainte. Ça veut dire qu'il y a quelque chose qui n'est pas normal dans la gestion.»

Des solutions en route

Il s'est montré très compréhensif lors de l'entrevue. Interrogé sur l'état de l'eau, M. Bouquet assure être sur un pied d'alerte. «On est à travailler avec une cellule de crise que j'ai monté il y a à peu près deux semaines pour les problèmes d'eau. Avec Caravelle, on a un énorme problème, il a été construit de façon... pas artisanale, mais au lieu d'avoir un plan d'ensemble, le camping a été construit par bout. À l'heure actuelle, les infrastructures ne correspondent pas aux standards de Parkbridge.»

Durant l'hiver, l'administration a tenté de trouver une solution, comme les problèmes d'eau se sont manifestés à la fin de la saison 2014. Parkbridge est propriétaire depuis un peu plus d'un an et «on avait un plan de 5 ans d'améliorations incluant la création l'année prochaine d'une usine de filtration d'eau et également d'aqueducs. Le projet est prévu pour 2016 parce que ça prend les approbations de la Ville et de l'Environnement. On a commencé le processus dès l'acquisition du camping. Ça prend du temps.»

La cellule de crise, formée notamment d'ingénieurs, a trouvé une solution temporaire, en cours d'installation, qui coûtera 200 000$. Depuis samedi, Parkbridge a aussi décidé de distribuer de l'eau gratuitement aux campeurs, une décision prise vendredi. La surprise leur était réservée.

Le restaurant devrait aussi rouvrir d'ici deux semaines. Un concessionnaire local a été trouvé pour l'opérer. Des investissements sont faits à l'heure actuelle pour normaliser les installations. Quant au bloc sanitaire central, actuellement fermé en raison d'un risque au niveau d'un mur entre deux douches, les travaux de rénovation devraient débuter cette semaine.

«Voir les personnes sortir du camping, mécontents, c'est la dernière chose qu'on veut, conclut M. Bouquet. On essaie de faire une nouvelle promotion pour s'excuser des problèmes qu'ils ont eus, parce qu'ils n'ont pas à vivre ces problèmes.»

*Noms fictifs

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer