Accident mortel à Lac-Brome : sentence réduite pour Sarah Cousineau Denis

Sarah Cousineau Denis avait été condamnée à 30... (photos archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Sarah Cousineau Denis avait été condamnée à 30 mois de prison, en février, pour conduite dangereuse ayant causé la mort de deux personnes.

photos archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) Condamnée pour avoir tué ses deux passagères lors d'une embardée avec sa voiture, Sarah Cousineau Denis purgera une peine de prison plus courte que prévu.

La Cour d'appel statue que la sentence de la jeune femme de Lac-Brome devait être fixée à 24 mois d'incarcération au lieu de 30. En contrepartie, Mme Cousineau Denis devra effectuer 100 heures de travaux communautaires et sera soumise à une probation de deux ans, à sa sortie de prison.

Dans sa décision dévoilée hier, le plus haut tribunal du Québec soutient que le juge de première instance «a commis une erreur de principe en mettant en doute les facteurs atténuants que sont les remords et l'empathie envers les familles des victimes», indiquent les juges Nicole Duval Hesler, François Doyon et Nicholas Kasier.

«Certains de ses propos sont fondés sur des conjectures et s'éloignent sans raison des rapports d'experts, pourtant non contredits, notamment le rapport présentenciel et l'expertise psychiatrique.»

La durée de l'interdiction de conduire de cinq ans imposée à Mme Cousineau Denis, 21 ans, est aussi réduite. Au lieu d'être comptée à partir de sa sortie de prison, elle est désormais calculée à partir du début des procédures judiciaires entamées un an après l'embardée survenue le 12 novembre 2012, chemin Bondville à Lac-Brome.

À bord d'une voiture de marque Mercedes qui lui appartenait, l'accusée a, ce jour-là, roulé à 105 km/h dans une zone de 50, provoquant une embardée qui a coûté la vie à Alexandra Laliberté et Natasha Lavigne, respectivement âgées de 19 et 18 ans.

Mme Cousineau Denis, qui a plaidé coupable aux deux chefs d'accusation de conduite dangereuse causant la mort qui pesaient contre elle, avait été condamnée à 30 mois de prison, le 4 février dernier. Elle ne s'est pas exprimée lors des audiences, en cour, laissant la parole à son avocat, Me Pierre Poupart.

Prise de conscience

Ce manque d'empathie apparent avait choqué les familles des victimes. Le porte-parole de l'une d'elles affirme aujourd'hui que la nouvelle sentence leur apparaît plus convenable.

«Pour nous, c'est une peine plus lourde, dit David Jones, l'oncle de Natasha Lavigne, joint hier. Il y avait une prise de conscience qui lui faisait défaut. Là, elle aura un suivi et elle devra travailler, ce qu'elle n'a jamais fait. Pour elle, ce sera une introduction à la vraie vie.»

Il espère que Mme Cousineau Denis «comprenne un jour la gravité de son geste délibéré».

«C'est pas un accident de rouler à plus de deux fois la limite permise, dit-il. Mon beau-frère et ma belle-soeur seront éternellement privés de belles expériences. Les familles resteront dévastées pour toujours parce que deux filles sont mortes inutilement.»

«On n'a jamais voulu vengeance, mais justice. La conduite dangereuse, c'est un vrai problème.»

Les parents de l'accusée, Alain Cousineau et Josée Denis, n'ont pas rappelé La Voix de l'Est.

 

Tous les détails dans notre édition de jeudi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer