Les pompiers réclament le retour du directeur des incendies de Roxton Pond/Sainte-Cécile

Une trentaine de pompiers ont réclamé la réintégration... (photo Alain Dion)

Agrandir

Une trentaine de pompiers ont réclamé la réintégration de leur directeur lors de la séance du conseil municipal de Roxton Pond, hier soir.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) Les pompiers du Service des incendies de Roxton Pond/Sainte-Cécile-de-Milton unissent leurs voix pour réclamer la réintégration de leur directeur, Philippe Brasseur, qui n'est plus en poste depuis le 21 mai. Une trentaine d'entre eux se sont présentés à la séance du conseil municipal de Roxton Pond, hier soir, et ont déposé différents documents dans l'espoir que leur directeur récupère son emploi à la caserne.

Les pompiers et premiers répondants ont reçu la semaine dernière une convocation à une rencontre qui faisait mention que leur directeur avait été «remercié de ses fonctions», a expliqué Véronique Foisy, première répondante et porte-parole des membres de la brigade.

Le maire de Roxton Pond, Raymond Loignon, et le directeur général Frédérick Lee étaient notamment présents. Et là, plus question de congédiement. «Quand nous sommes arrivés à la rencontre, ce n'était plus ça. Ils disaient qu'il y avait une entente confidentielle et que Philippe était d'accord. C'était très nébuleux. C'était de l'improvisation, cette rencontre-là. Ça se contredisait», rapporte Mme Foisy.

La secouriste affirme que les pompiers n'ont pas obtenu les réponses à leurs questions, notamment en ce qui concerne l'entente qui serait intervenue avec leur directeur des six dernières années. «Nous ne croyons pas à un départ volontaire, connaissant la passion qui anime notre directeur pour son service. Pour nous, c'est clairement un congédiement sans cause juste. C'est impossible qu'il ait décidé de démissionner», dit la Roxtonaise.

«Vous devriez lui remettre une médaille!»

Les pompiers se sont donc présentés à la séance du conseil municipal avec différents documents en appui à leurs demandes, dont une lettre réclamant la réintégration de Philippe Brasseur, qui cumulait 25 ans de service au sein de la brigade, dont six comme directeur. «Vous devriez lui remettre une médaille au lieu de vous en débarrasser de la sorte», a lancé Mme Foisy aux élus. Son intervention a été chaudement applaudie par ses collègues présents dans la salle.

Le groupe réclame également une rencontre avec les élus pour obtenir de «vraies réponses». à ses questions. À ce jour, les pompiers ignorent encore le motif du départ de M. Brasseur.

Ces derniers demandent également, en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, les conclusions du rapport d'un consultant externe qui aurait été embauché l'hiver dernier pour étudier les communications entre les élus et la direction du service des incendies, explique Mme Foisy.

Le maire Loignon a précisé, en réponse à des commentaires élogieux adressés aux secouristes dans une lettre remise aux élus, qu'il n'a «jamais remis en doute les compétences des pompiers et des premiers répondants».

Concernant le dossier de Philippe Brasseur, M. Loignon n'a voulu émettre aucun commentaire. «On ne peut pas discuter du dossier. C'est une recommandation de notre avocat», a-t-il précisé, ajoutant ne pouvoir répondre à aucune question par rapport à M. Brasseur.

Joint par La Voix de l'Est quelques heures avant la séance du conseil, Raymond Loignon avait observé le même mutisme. Il a refusé notamment de préciser s'il s'agissait d'un congédiement ou d'un départ volontaire qui fait l'objet d'une entente avec le principal intéressé.

Contacté par le journal, Philippe Brasseur n'a pas voulu non plus commenter pour le moment.

Sainte-Cécile-de-Milton partage le même service en matière de protection contre les incendies que Roxton Pond. Le maire Paul Sarrazin dit avoir été informé que Philippe Brasseur avait été remercié, sans en connaître les raisons, dit-il. «Je ne le sais pas ce qu'on lui reproche», dit-il.

«J'imagine que c'est majeur pour en arriver à cette décision-là et ne pas donner les raisons», a-t-il enchaîné, en ajoutant n'avoir que de bons mots à adresser à l'ex-chef des pompiers. «On a un très bon service qui est reconnu. Il y a eu des efforts. Philippe est un des responsables qui ont amené le service là où il est présentement», affirme M. Sarrazin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer